Inspiration

Riau, l’initiative sociale qui sent bon

Cette entreprise de bougies de Saint-Henri vous propose plusieurs fragrances de chandelles végétaliennes faites à la main par des locaux en processus de réinsertion sociale. 
Bougies végétaliennes faites à la main par des locaux en processus de réinsertion sociale.  Photo: Youssef Diouane

Vous adorez l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, mais n’aimez pas tondre le gazon? Eh bien, Riau Canada a ce qu’il vous faut! Cette entreprise de bougies de Saint-Henri vous propose plusieurs fragrances de chandelles végétaliennes faites à la main par des locaux en processus de réinsertion sociale.   

Si vous vous rendez à la fabrique de Saint-Henri, juste à côté de l’ancien Grumman’78, vous ferez probablement la rencontre de Rama, qui y fabrique des chandelles depuis trois mois, boulot qu’elle a trouvé grâce à la collaboration de Riau Canada avec des organismes d’aide montréalais.  

Ayant connu autrefois des difficultés monétaires, elle a repris confiance en elle grâce à cette opportunité. Rama fabrique une quarantaine de bougies par jour, accueille les client.e.s avec le sourire et emballe les commandes en ligne. 

L’entreprise a vu le jour en décembre dernier, juste à temps pour le temps des Fêtes, grâce à Franca Ciambella, une avocate en droit international revenue à Montréal durant la pandémie après 30 ans à Singapour.  

Si son retour était initialement motivé par un désir de se rapprocher et d’aider sa famille, c’est le nombre élevé de personnes sans-abri dans les rues de la métropole qui l’a convaincue de s’engager dans cette initiative sociale délicieusement parfumée.  

Mais Riau existait avant elle. De l’autre côté de l’océan Pacifique, en Asie, des amis américains de l’avocate, installés là-bas, offrent aux gens dans la rue une occasion de travailler : ils font des chandelles en échange d’une rémunération. Elle leur a demandé si elle pouvait importer le concept à Montréal, et ils ont accepté. 

Réinsertion sociale 

L’entreprise engage donc d’ex-toxicomanes, des personnes en situation de pauvreté ou avec un ou des problèmes de santé mentale dans le but de leur donner une chance sur le marché du travail. Madame Ciambella collabore avec des organismes comme la Mission Bon Accueil, qui aide les personnes dans le besoin, et le programme de préparation à l’emploi Mire. 

En juin dernier, l’entreprise a réussi à engager 11 personnes pour faire la production de bougies. Cependant, étant donné les coûts de plus en plus élevés des livraisons, les ventes ont baissé. Les client.e.s étaient plus réticent.e.s à commander en ligne: «Les gens tentaient d’acheter sur le site, mais, quand ils arrivaient à la livraison, ils abandonnaient», explique la propriétaire. L’entreprise a donc dû ralentir la production et, du même coup, réduire le nombre d’employé.e.s pour un certain temps, dans le but de mettre l’accent sur le marketing et de trouver des solutions pour relancer la production.  

Riau est actuellement en quête de points de vente et, depuis quelque temps, on peut ramasser sa commande à leur atelier pour éviter les frais de livraison. L’avocate, qui continue d’exercer malgré ce récent projet, semble bien décidée à traverser tous les obstacles pour continuer d’aider!  

Fragrances estivales et funky 

Parmi la sélection de produits de Riau, on note des fragrances estivales telles que lavande, citronnelle ou promenade en forêt, et des odeurs assez uniques et éclatées comme herbe fraîchement coupée ou après-rasage.  

Les bougies sont faites à 100 % de cire de soya, les mèches sont en coton, les fragrances sont végétaliennes et elles sont fabriquées à la main à Montréal.  

Certaines font même des clins d’œil à des villes de chez nous: 

Montréal joie de vivre, qui sent la fleur de lys; 
Cool de Vancouver, faite avec de la rose sauvage et d’autres éléments de la flore locale; 
Fort de Toronto, contenant des parfums rappelant l’ancolie, la fleur qui apparaît sur les armoiries de Toronto; 
Canada Vrai Nord, résultat d’un mélange du parfum de la fleur nationale et de divers pins du pays. 

On commande en ligne ou à leur atelier (642, rue de Courcelle, #106, Montréal) pour y faire en plus des rencontres inspirantes. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de l’Ouest-de-l’île.

Articles récents du même sujet