Évasion, loisirs et plein air

San Francisco, une ville qui a du style

Photo: Collaboration spéciale
Alain Legault - Guide Ulysse

Ville ravissante à la topographie tourmentée, San Francisco s’étend entre mer et montagnes sur un site fabuleux où se mêlent à la fois tradition, modernité et classicisme. La personnalité de la ville telle qu’on la découvre aujourd’hui s’est construite à travers une série d’événements singuliers qui ont peu à peu façonné chaque quartier et ont tissé la trame de son histoire. Son architecture est d’ailleurs le témoin vivant de cette histoire mouvementée.

Des styles architecturaux variés
Au cours des années 1850, San Francisco se développe avec frénésie et dans l’anarchie la plus totale. Grâce aux richesses immenses accumulées en quelques années par les industriels, les commerçants et les prospecteurs, on voit s’élever de nombreux «palais» bourgeois, des hôtels de tourisme qui rivalisent de luxe et d’ostentation. La ville victorienne se passionne pour l’éclectisme extravagant et les excentricités de toute sorte. De 1850 à 1890, le style italien est à l’honneur. Il se veut un rappel des richesses de la Renaissance italienne et se caractérise par des corniches débordantes, des bossages et de petits frontons au-dessus des ouvertures.

Le tremblement de terre de 1906 et la conflagration majeure qu’il a provoquée ont détruit une grande partie de San Francisco. En général, les maisons de bois épargnées par l’incendie résistèrent mieux au séisme que les bâtiments de pierres ou de briques, qu’il fallut reconstruire. Étonnamment, la ville conserve un nombre appréciable de maisons datant d’avant le séisme, et ce, dans presque tous les quartiers du centre.

Plusieurs architectes locaux vont participer à la reconstruction de San Francisco. Parmi ceux-ci figurent Willis Polk, Bernard Maybeck et, surtout, Julia Morgan, première femme acceptée à l’École des beaux-arts de Paris. L’Art déco n’est pas en reste puisque, à partir de 1930, il devient la marque de commerce de nombreux chantiers mis sur pied pour contrer le chômage engendré par la crise. Ce style français aux formes géométriques et aux multiples décrochés est celui du Golden Gate Bridge, le fameux pont suspendu franchissant le détroit du même nom, rapidement devenu le symbole par excellence de San Francisco.

La contrainte des séismes engendre, dès 1906, le dévelop­pement d’une série d’audacieux moyens techniques plus ou moins efficaces pour permettre aux bâtiments de résister aux secousses telluriques. Cependant, l’enveloppe architecturale des édifices demeure plutôt conservatrice. Il faut attendre l’après-guerre pour que l’architecture moderne s’épanouisse vraiment à San Francisco.

Depuis 1970, le centre de la ville se pare de nombreux gratte-ciel, comme la Trans­america Pyramid (1972), de forme pyramidale. Cette spectaculaire structure moderne de 260 m, qui surplombe tous les gratte-ciel de la ville, est devenue l’un des emblèmes de San Francisco. Voici trois autres sites qui se distinguent par leur architecture à San Francisco et qui s’avèrent tout simplement
incontournables.

Palace of Fine Arts
Conçu par l’architecte Bernard Maybeck, le Palace of Fine Arts est le seul pavillon de la Panama Pacific Exhibition de 1915 qui n’a pas été détruit après l’événement. De style néoclassique, cette architecture est facilement reconnaissable par son magnifique dôme de 33 m de hauteur supporté par des colonnes impressionnantes sur lesquelles des figures d’anges ont été gravées. Se dressant de façon presque olympienne au sein d’espaces gazonnés, cet ensemble muséal colossal borde une lagune artificielle. Cet attrait est devenu, au même titre que le Golden Gate Bridge ou la Transamerica Pyramid, l’un des symboles les plus connus de San Francisco.

Alamo Square
L’Alamo Square est un chouette parc flanqué de six fabuleuses Painted Ladies situé dans le quartier Haight-Ashbury. L’ensemble est surnommé Postcard Row, car il s’agit de la rangée de maisons victoriennes la plus souvent photographiée en ville. Les fameuses Painted Ladies (les dames peintes), ont donné à la ville son caractère architectural propre. Elles se sont pliées avec brio à toutes les modes de La Belle Époque, du style Second Empire au style Queen Anne, en passant par le néoroman de Richardson.

Le Golden Gate Bridge
Ce célèbre pont suspendu est une merveille d’architecture qui permet de mieux saisir la ville dans sa totalité. «Physiquement irréalisable», disaient certains. «De toute façon, ça gâcherait le paysage», renchérissaient d’autres. Bref, hormis quelques illuminés qui ne parlaient pas trop fort, personne, avant sa mise en chantier, ne croyait possible la réalisation du Golden Gate Bridge. Personne, sauf l’ingénieur Joseph Strauss. Fort en gueule, crâneur, brillant et persévérant, Strauss était la personne idéale pour mener à bien ce projet. La construction débuta en janvier 1933, et l’inauguration eut lieu en grande pompe le 27 mai 1937. Strauss est aussi le concepteur du pont Jacques-Cartier de Montréal.

 

 

 

 

Guide Ulysse San Francisco

Articles récents du même sujet