Manger et boire local

Cinq choses à savoir sur la marche afghane

Profile portrait of happy sporty woman relaxing in park. Female model relaxing, breathing fresh air outdoors. Healthy active lifestyle concept. Copy space Photo: Getty Images/iStockphoto

Inspirée par une tribu nomade d’Asie centrale qui pouvait parcourir plus de 60 kilomètres par jour sans se fatiguer, la marche afghane a été créée dans les années 1980, mais reste encore méconnue. Sylvie Alice Royer nous en apprend un peu plus sur cette activité qui prend du galon au Québec depuis quelques années.

CV
Nom: Sylvie Alice Royer
Poste occupé: Fondatrice de marche afghane Québec
En librairie: La marche afghane pour tous

1. Bain d’oxygène
Le principe de base de la marche afghane consiste à synchroniser notre respiration avec nos pas. L’un des exercices de base consiste à inspirer durant trois pas, de retenir son souffle pendant une enjambée, puis d’expirer sur les trois suivantes. «C’est ce qu’on appelle le rythme 3-1-3-1. Avec celui-ci, on respire de six à sept fois par minute, alors qu’en temps normal, on respire de 12 à 17 fois par minute! En coordonnant ainsi notre marche à notre souffle, notre respiration devient beaucoup plus ample. Notre corps s’en trouve donc mieux oxygéné», affirme Sylvie Alice Roy.

2. Accessible à tous
La marche afghane compte cinq rythmes de base. «Il existe des rythmes longs, comme le 4-1-4-1, qui conviennent mieux à une activité plus méditative. Les rythmes courts, comme le 2-0-2-0, sont plutôt utilisés dans un contexte d’effort», explique Sylvie Alice Roy, On peut donc adapter le rythme en fonction de la topographie du terrain, de l’objectif de notre randonnée et de notre condition physique. Par ailleurs, cette discipline ne requiert aucun équipement particulier.

3. Activité polyvalente
L’oxygénation dont on bénéficie lorsqu’on pratique la marche afghane peut nous aider à améliorer nos performances dans d’autres sports. «On peut aussi appliquer la respiration rythmique à d’autres disciplines, comme la course, le ski de fond ou le vélo», souligne la fondatrice de Marche afghane Québec, qui pratique cette discipline depuis plus de 30 ans et qui l’enseigne depuis près de 10 ans.

4. Moment de détente
Selon Sylvie Alice Royer, les gens qui pratiquent la marche afghane entrent dans un état qui s’apparente à la cohérence cardiaque, puisqu’ils contrôlent pleinement leur respiration. Il s’agit donc d’un excellent exercice de relaxation. «En nous concentrant sur nos pas et notre souffle, on devient aussi plus présent. Voilà pourquoi je dis souvent que la marche afghane est une forme de méditation active», ajoute-t-elle. Pour profiter de ces effets apaisants, il suffit de marcher 20 minutes chaque jour.

5. Véhicule d’autosuggestion
«En plus de nous aider à mieux gérer notre stress, la marche afghane peut nous permettre de reprogrammer notre cerveau», observe Sylvie Alice Roy. Lorsque notre esprit est apaisé et que notre corps est bien oxygéné, nous devenons en effet plus réceptifs à l’autosuggestion. L’instructrice suggère de trouver un mantra ou une courte phrase qu’on pourra se répéter mentalement au rythme de nos pas. «Par exemple, si on adopte le rythme 3-1-3-1, on peut se dire “j’ai confiance”, en associant chacune des trois syllabes à une foulée», dit-elle.

Articles récents du même sujet