Manger et boire local

Un chalet plutôt que des actions

Près des deux tiers (61 %) des propriétaires de chalets et des acheteurs potentiels de propriétés récréatives au pays trouvent que l’achat d’un chalet est un meilleur investissement à long terme que l’achat d’actions, d’obligations ou de fonds communs de placement, révèle le Rapport sur les propriétés récréatives de Royal LePage 2008.

D’ailleurs, 15 % des propriétaires de ce genre d’habitations en possèdent plus d’une.

Pour les jeunes professionnels

Fait à noter, les jeunes professionnels forment désor­mais le plus important groupe d’acheteurs potentiels (19 %), rejoignant ainsi les plus âgés dans la quête d’un lieu de villégiature idéal.

En cela, la tendance à la stabilisation des prix observée sur le marché des propriétés récréatives ne peut nuire, a indiqué par voie de communiqué Phil Soper, président et chef de la direction chez Royal LePage Real Estate Services. «L’accroissement de l’offre a contribué à modérer l’augmentation des prix cette année, ce qui favorisera les gens qui recherchent un chalet plutôt que ceux qui recherchent une résidence urbaine.»

Cependant, au Québec, avec une gamme de prix moyens allant de 400 000 à 500 000 $, d’après les données de Royal LePage, les acheteurs potentiels devront peut-être faire beaucoup de recherche avant de trouver le chalet correspondant à leur budget.

Le sondage a été effectué par Acrobat Research auprès de 3 000 Canadiens au début du mois de juin.

Articles récents du même sujet