Ahuntsic-Cartierville

Un autre lieu pour héberger les réfugiés à Montréal

Photo: Google maps

L’édifice des Soeurs de la Providence, un immeuble acquis par la Ville de Montréal l’an dernier pour y aménager diverses installations dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, servira de lieu d’hébergement pour certains des centaines de demandeurs d’asile qui affluent à la frontière canadienne depuis quelques semaines.

L’édifice pourrait accueillir des réfugiés dès ce soir et est en mesure d’en recevoir près de 300, a indiqué le maire de Montréal, dans un communiqué diffusé samedi.

«C’est un lieu d’hébergement bien organisé et convenablement équipé», a fait valoir Denis Coderre. «La prochaine étape sera d’appuyer concrètement les organismes communautaires et le Gouvernement du Québec dans la recherche de logements pour ces demandeurs d’asile», a-t-il ajouté.

Le maire a par ailleurs rappelé que depuis février dernier, Montréal est officiellement une «ville sanctuaire», à savoir une ville permettant aux sans-papiers, hormis ceux disposant d’un dossier criminel ou pouvant mettre en danger la sécurité nationale, de bénéficier de services publics sans risquer d’être expulsés du territoire.

La Ville a acquis l’édifice aux Sœurs de la Providence pour 4,6 millions de dollars afin d’en faire un centre communautaire multifonctionnel, une bibliothèque et des espaces culturels.

Depuis deux semaines, le nombre de demandeurs d’asile qui arrivent chaque jour au Québec a triplé, a confirmé la ministre québécoise de l’Immigration.

Le nombre quotidien s’élève maintenant à 150, a dit Kathleen Weil jeudi, mais atteindrait environ 250 à 300, a déclaré le maire Coderre dans son communiqué samedi.

Bon nombre des demandeurs sont des ressortissants haïtiens accueillis aux États-Unis après le séisme de 2010, mais craignant la fin de leur «statut de protection temporaire». Il leur avait été accordé sous l’ex-président Barack Obama, mais l’administration de Donald Trump entend y mettre un terme. Jusqu’à 60 000 Haïtiens risquent d’être renvoyés dans leur pays.

Des demandeurs d’asile arrivés au Québec sont installés provisoirement en plusieurs lieux de Montréal, dont le Stade olympique et au centre de services sociaux pour la jeunesse Boscoville, dans  Rivière-des-Prairies.

Le Québec a accueilli cette année, jusqu’à la fin de juin, 6500 demandeurs d’asile; si la tendance se maintient, ce nombre pourrait atteindre 12 000 d’ici la fin de l’année, estime le ministère de l’Immigration.

 

Articles récents du même sujet