Ahuntsic-Cartierville
13:18 25 août 2017 | mise à jour le: 25 août 2017 à 13:18 temps de lecture: 3 minutes

Une série documentaire en immersion dans la prison de Bordeaux

Une série documentaire en immersion dans la prison de Bordeaux
Photo: Gracieuseté / Z Bell Media

L’émission En Prison est une plongée dans le quotidien des agents correctionnels du centre de détention de Montréal. Rythmé, puissant et parfois violent, il a pour but de démystifier l’univers carcéral.

Le premier épisode de cette série documentaire a été diffusé sur la chaîne Z de Bell Média mercredi 23 août. Neuf autres épisodes de 30 minutes suivront sur une base hebdomadaire jusqu’à l’automne.

C’est la première fois que le ministère de la Sécurité publique autorise une enquête aussi longue au sein de l’établissement de Bordeaux, le plus grand centre de détention du Québec.

Le service de communication du ministère explique avoir voulu faire «mieux comprendre la mission des Services correctionnels du Québec et le travail du personnel qui s’y consacre au quotidien».

«Quand on parle d’eux dans la presse, c’est souvent pour de mauvaises raisons. Ils sont souvent à réaction et n’ont pas cette habitude de transparence. On a voulu montrer la réalité et ils ont tenu leur parole, on a eu accès à presque tous les espaces de la prison», raconte Yves Thériault, producteur au contenu d’En Prison et spécialiste du milieu pénitentiaire. Il a notamment écrit le livre Tout le monde dehors! qui critique le système de libération conditionnelle québécois.

La série met donc en scène ces agents de la prison de Bordeaux qui sont en contact quotidien et parfois musclé avec les 1400 détenus de cette enceinte.

«Il y a beaucoup de tensions, une crise peut survenir à chaque instant et un détenu peut se “désorganiser” comme ils disent dans leur jargon, explique le producteur. Dans les séries, on voit souvent de la violence pour gérer ces hommes, mais la violence est utilisée en dernier recours. Les agents correctionnels font plus souvent de la communication.»

Durant les 25 jours en immersion, l’équipe de tournage a toutefois vécu plusieurs bagarres, des tentatives de suicide et même une intrusion d’un drone pour la livraison de drogue.

«Il y a un mélange d’action et de moments d’émotion et de compassion. On n’a pas édulcoré, mais on n’a pas exagéré. On a tout fait pour rester fidèle à la réalité», fait valoir Yves Thériault.

Si des séries comme Unité 9, La Grande Évasion (Prison Break) ou L’orange lui va si bien (Orange is the new black) présentent souvent les agents correctionnels comme des protagonistes peu sympathiques, le producteur au contenu assure qu’En Prison va permettre de redorer l’image de ces travailleurs du secteur pénitentiaire.

«Je pensais connaître ce milieu, mais je ne le connaissais pas si bien. Je n’avais pas imaginé à quel point cela pouvait être dur de gérer des détenus. Ils ont toute mon admiration», affirme Yves Thériault.

Articles similaires