Actualités

Faire face aux enjeux collectivement

Faire face aux enjeux collectivement
Photo: Amine Esseghir/Courrier Ahuntsic

Les organismes communautaires de Bordeaux-Cartierville se doteront bientôt d’un nouveau plan stratégique. Le dernier mis en place en 2013 est arrivé à échéance. Six enjeux avaient été déterminés dont celui de la violence intrafamiliale et conjugale. Le comité qui en était responsable a réalisé tous ses objectifs.

Acteurs communautaires, citoyens et élus se sont réunis dans le futur centre communautaire de Bordeaux-Cartierville le 30 janvier pour entamer leur réflexion sur le nouveau plan stratégique.

Dans le précédent, ils avaient abordé les questions de réussite scolaire, des relations interculturelles, du logement, de l’emploi, de l’aménagement urbain et de la violence intrafamiliale. Ce dernier avait été ajouté après débat au regard des chiffres sur la criminalité et l’importance de la violence conjugale à Bordeaux-Cartierville.

Dans le bilan présenté par le Conseil local des intervenants communautaires (CLIC) de Bordeaux-Cartierville à l’occasion du lancement de l’élaboration du nouveau plan stratégique, on apprend que le comité responsable de cet enjeu a réalisé tous ses objectifs.

«Quand il y a de la violence conjugale ou intrafamiliale on ne peut travailler ni sur la réussite scolaire ni l’employabilité des femmes, assure Maysoun Faouri, directrice de l’organisme Concertation Femmes. La violence est le problème de base et constitue un obstacle pour toute la famille.»

Pour elle, le plan stratégique a eu le mérite de permettre à tout un quartier de prendre en charge ce phénomène et le reconnaître comme enjeu.

«On a pu réaliser tout ce qu’on devait faire en cinq ans, dit Mme Faouri. Nous avons formé des intervenants, nous avons mis sur pied des kiosques de sensibilisation, on a créé des outils pour les intervenants.»

Une réussite grâce à l’effort collectif d’un comité doté d’un noyau de quatre personnes demeuré le même tout au long des cinq ans.

«Cela ne veut pas dire qu’on a réglé le problème de la violence conjugale, tempère Mme Faouri. Il y en aura encore, mais nous avons les moyens d’y faire face ensemble.»

Elle est sûre que des résultats plus probants sont attendus à moyens et à long terme. «C’est une question d’éducation et c’est à travers elle qu’on va éliminer la violence conjugale.»

Le nouveau plan stratégique déterminera de nouveaux enjeux en tirant les leçons de l’exercice 2013-2019.

Tout le monde concerné

Parmi les participants à cette réunion un ancien du milieu communautaire Léo Fiore, directeur de Tandem Ahuntsic-Cartierville qui s’occupe de sécurité publique.

«Ce plan stratégique a permis de voir l’engagement des organismes et des citoyens et permis de mettre des efforts de tous pour le même objectif», dit-il.

Il assure que les réalisations sont une œuvre collective pilotée par la table de concertation CLIC-Bordeaux-Cartierville.

C’est utile parce que cela rallie tout le monde, tout le monde embarque et tout le monde marche dans la même voie. Léo Fiore, directeur de Tandem Ahuntsic-Cartierville.

Un nouveau venu rejoint la cohorte des acteurs communautaires Samer Elniz, directeur du Centre communautaire laurentien, une institution sociale et éducative.

«Nous sommes prêts à travailler avec tous, sur tous les thèmes qui touchent les jeunes, les femmes ou l’éducation, tous les sujets qui concernent la communauté du quartier de manière globale et notre communauté qui en est partie intégrante.»

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *