Ahuntsic-Cartierville
09:00 10 juillet 2020 | mise à jour le: 24 juillet 2020 à 17:39 temps de lecture: 3 minutes

Des pistes cyclables suscitent la grogne

Des pistes cyclables suscitent la grogne
Photo: ArchivesLes Voies sécuritaires et actives (VAS), comme sur Christophe-Colomb, ont été mises en place temporairement cet été pour faciliter les déplacements des cyclistes tout en assurant la distanciation physique.

Les pistes cyclables aménagées sur Christophe-Colomb suscitent encore de la grogne. Elles entrent dans le cadre des Voies sécuritaires et actives (VAS) de la Ville de Montréal. On reconnait toutefois, que des améliorations y ont été apportées.

Giuseppe Sacchetti est très mécontent. «Il n’y a plus de stationnement pour les gens qui logent dans les blocs. Pour les personnes âgées ou les familles, c’est injuste», fustige-t-il.

Il n’est pas le seul à se plaindre. Un de ses voisins, Julien Béliveau, a compilé les griefs. Il s’apprête à adresser un mémo à la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier. «Avant c’était parfait, plaide-t-il. Il y avait une piste cyclable à double sens protégée, des places de stationnement sur la rue et deux voies de circulations pour les automobiles dans chaque sens.»

Il constate que la vie a beaucoup changé sur Christophe Colomb, notamment dans la partie nord, entre la rue Fleury et le boulevard Gouin. «J’ai peur de sortir de mon entrée de garage avec mon auto à cause de cyclistes qui roulent très vite», signale-t-il.

M. Béliveau a aussi observé que les balais mécaniques ne passent plus sur l’avenue à cause du rétrécissement de la voie. «Le stationnement est devenu tellement compliqué. Il arrive souvent que des voitures bloquent quasiment mon entrée de garage faute de place», alerte un autre résident des environs, M. Dupont.

Pertinence

Les trois résidents s’interrogent de la pertinence de ces nouvelles pistes cyclables qu’ils jugent peu utilisées. «Je ne vois pas beaucoup de cyclistes rouler. J’espère que l’arrondissement ou la Ville sont en train de compter le nombre de gens qui les empruntent et qu’ils vont nous montrer les chiffres», avertit M. Sacchetti. Le comptage, effectué régulièrement, est sous la responsabilité de la ville-centre.

La mairesse Thuillier, qui défend le projet depuis le début, reconnaît qu’il y a un problème de stationnement près de l’avenue Henri-Bourassa. «Il faut se rappeler que c’est un milieu plus dense, avec des constructions neuves et on n’exige pas un stationnement privé pour chaque unité de logement. C’est ce que les promoteurs nous demandent et nous considérons que c’est à proximité du métro où des gens n’auraient pas besoin de voiture», observe-t-elle. Toutefois, l’élue note que vers le sud, la majorité des espaces aménagés le long de l’avenue sont inoccupés.

Par ailleurs, Mme Thullier soutient qu’il s’agit d’un enjeu soulevé dans d’autres quartiers. «La disponibilité du stationnement est un problème que les gens vivent sur plusieurs rues», assure-t-elle.

Autres problèmes

La propreté des pistes cyclables est également un phénomène général qui suscite du mécontentement. «Nous avons un mois en retard. Le ménage de printemps n’est pas encore terminé à la grandeur de l’arrondissement. Même la rue sur laquelle j’habite n’a pas encore été nettoyée depuis à l’hiver», admet la mairesse.

Elle convient également que le respect des règlements par tous les usagers doit être observé. Mme Thuillier a d’ailleurs demandé à la commandante du Poste de quartier 27 de porter une attention particulière au respect du Code de la sécurité routière sur Christophe-Colomb, parce les aménagements n’ont pas été mis en place afin de faire la différence.

Articles similaires