Ahuntsic-Cartierville
13:30 24 novembre 2020 | mise à jour le: 24 novembre 2020 à 13:32 temps de lecture: 3 minutes

Une firme d’ingénierie d’Ahuntsic-Cartierville remporte un prix

Une firme d’ingénierie d’Ahuntsic-Cartierville remporte un prix
Photo: GracieusetéLe travail de l’entreprise GBi a été reconnu lors des Grands Prix du génie-conseil.

La firme d’ingénierie GBi d’Ahuntsic-Cartierville a remporté le Prix infrastructure de transport de l’Association des firmes de génie-conseil (AFG) pour son expertise dans le démantèlement de l’échangeur Turcot dans le Sud-Ouest.

L’entreprise a mis la main sur cette mention lors du gala virtuel des Grands Prix du génie-conseil, le 13 octobre.

«C’est une belle reconnaissance, c’est un projet majeur qu’on entendait souvent parler dans les médias avec toutes les fermetures. […] C’est gratifiant pour la compagnie parce qu’à Montréal. Tout le monde sait ce qu’est l’échangeur Turcot», commente l’ingénieur et directeur structure chez GBi, David Mousseau.

Le contrat de la firme aura duré trois ans, dont deux pour le démantèlement dans les chantiers. L’autre année aura été consacrée à la conception des plans. L’entreprise a été mandatée pour retirer quinze structures aériennes, d’une longueur totale de six kilomètres, certaines atteignant une hauteur de 30 mètres. Un tunnel ferroviaire de 470 mètres a également été retiré lors des travaux.

L’entreprise a rencontré plusieurs défis lors de ce projet. Certaines bretelles de l’échangeur autoroutier, qui devaient être retirées, se trouvaient au-dessus du canal de Lachine. L’équipe d’ingénieurs devait ainsi prendre des précautions environnementales afin de ne pas déverser des matériaux dans le canal.

De plus, d’autres bretelles surplombaient des voies ferrées du Canadien National (CN), des nouveaux piliers ou des structures existantes de Turcot.

«On fait des plans de comment on va défaire les séquences. En faisant nos calculs, on s’assure que, quand on va démanteler la structure, il n’y a pas de ruptures qui soient fragiles ou dangereuses. Il faut toujours s’assurer que ce soit fait de façon sécuritaire», explique l’ingénieur.

«À chaque bretelle qu’on défaisait, on avait une trentaine de feuilles de plans. Tout était planifié.» – David Mousseau

Imprévus

Malgré la conception de plans plusieurs mois avant le début du démantèlement, des imprévus ont forcé la main de l’équipe de GBi. Elle devait poursuivre le retrait des bretelles sans affecter l’environnement qui entourait le chantier.

«Au fur à mesure que ça avançait, il y allait avoir de nouveaux piliers qui allaient apparaitre. […] C’était un projet où on devait changer les plans constamment, dépendamment des conditions qu’on avait», mentionne-t-il.

C’est l’entreprise Delsan AIM qui avait fait appel aux services de GBi pour démanteler une partie de l’échangeur Turcot. L’expertise de la firme sur les structures aériennes et l’invention de nouvelles techniques auront permis de réaliser ce projet.

Lors du même gala, la firme GBi a également remporté un prix en infrastructures urbaines pour la création de la plage urbaine de Verdun.

Articles similaires