Soutenez

Se reconstruire après la guerre

Alexander Tonitoi et sa famille
Alexander Tonitoi et sa famille Photo: Gracieuseté/Alexander Tonitoi

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, des millions de civils ont fui leur propre pays dans l’espoir de trouver une vie meilleure loin de la guerre. Bien que les Occidentaux se préparent à accueillir les réfugiés, une question se pose: comment se reconstruire après la guerre?

Alexander Tonitoi a servi dans l’armée moldave en tant que pilote d’hélicoptère pendant la guerre de Transnistrie qui a opposé l’armée moldave à l’armée transnistrienne, laquelle était soutenue par la Russie.

Il est arrivé au Québec en 2002 avec sa femme et ses deux enfants, les bagages remplis de souvenirs marqués des traumatismes de la guerre. C’est de cette guerre et du gouvernement moldave, qu’il considérait comme corrompu, qu’Alexander Tonitoi a voulu éloigner sa famille.

«Je ne voulais pas que mes enfants aillent à la guerre pour ce gouvernement, dit-il. Une personne qui a vu la guerre, des femmes et des enfants morts n’oublie jamais […] Ce sont des souffrances du cœur».

Alexander Tonitoi a été décoré par l’armée moldave pour comportement héroïque lors de la guerre de Transnistrie. Photo: Gracieuseté/Alexander Tonitoi

Il a donc choisi le Canada, qu’il considérait comme une des meilleures terres d’accueil.

«Tout le monde peut vivre ensemble ici sans conflit, explique Alexander Tonitoi. Tout est possible ici, alors que là-bas, ça aurait été un miracle».

Recommencer sa vie

Pour lui, le plus difficile a été d’abandonner son bon emploi bien qualifié et de tout reconstruire.

«Le plus dur a été de tout recommencer […] J’ai oublié qui j’étais là-bas pour repartir à zéro ici», dit-il.

Désirant donner un exemple à ses enfants, Alexander Tonitoi a dû «travailler fort» pour s’en sortir. Il s’est très vite trouvé un travail dans le domaine de la construction, bien loin du poste d’agent d’opération aérienne qu’il occupait après avoir quitté l’armée moldave.

En trois ans, Alexander Tonitoi a pu acheter une maison pour y voir grandir ses enfants. Même après une vingtaine d’années au Québec, Alexander Tonitoi confie qu’il ne pourra jamais oublier la guerre, qui a laissé dans son cœur «une roche qui restera tout le temps».

Vivre avec le traumatisme de la guerre

Selon la psychologue et professeure en psychologie de l’UQAM Ghayda Hassan, qui intervient notamment auprès des populations immigrantes, la majorité des gens qui ont vécu des traumatismes liés à la guerre vont développer une forte résilience. Elle indique également qu’il est important de soutenir le développement de ces personnes.

Elle explique qu’en général 10% d’entre eux développeront des troubles de santé mentale. À la suite de traumatismes, les réfugiés peuvent développer des symptômes de stress post-traumatique, d’anxiété et de dépression.

«Malheureusement, au Québec, en ce moment, il y a à l’arrivée des réfugiés des services qui sont offerts par les organismes d’accueil qui durent entre trois à six mois et qui se concentrent sur l’aspect de l’installation […], mais il n’y a pas de priorité qui est donnée aux réfugiés qui arrivent en termes d’accès aux soins de santé mentale», dit-elle.

À part les efforts que les organismes communautaires déploient, elle déplore qu’il ne soit pas possible pour les réfugiés d’accéder à des services à la hauteur de leurs besoins.

Ghayda Hassan explique qu’à leur arrivée, les réfugiés vont souvent vivre au jour le jour pour s’adapter à leur nouveau milieu de vie et moins manifester de souffrance. Selon elle, c’est après plusieurs années, ou «après-coup», qu’ils vont se retrouver en détresse psychologique.

Elle déplore que le système de santé ne tienne pas compte de l’arrivée tardive des symptômes chez les réfugiés, ce qui rend alors difficile l’accès au système de soins.

Une reconstruction semée d’embûches

Pour beaucoup de réfugiés, l’arrivée au Canada est vue avec beaucoup d’enthousiasme. Selon la directrice générale du Service d’interprète d’aide et de référence aux immigrants (SIARI) basé dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Fatma Djebbar, la joie fait souvent place au désenchantement une fois les réfugiés sur place.

Selon elle, la dure réalité ne tarde pas à atteindre les réfugiés qui se retrouvent sans compréhension de la langue, des lois ni de la culture, et dépourvus d’un réseau social.

«Quand on décide d’immigrer […], ce sont des défis énormes. Pour ce qui est des réfugiés, ce sont des problématiques particulières, dit-elle. Quand on fuit un pays, ce n’est pas un projet de vie auquel on a eu le temps de réfléchir, de monter et de s’informer, c’est vraiment de fuir une situation dangereuse […] Les réfugiés fuient pour sauver leur peau.»

Fatma Djebbar explique qu’il faut un minimum de cinq ans avant que les réfugiés puissent trouver un équilibre dans leur nouvelle terre d’accueil.

Fuir la guerre, mais pas les souvenirs

Originaire du Chili, Paula Abarcia a fui le pays après le coup d’État militaire de 1973 alors qu’elle n’avait que cinq ans. Près de 50 ans plus tard, les images de violence la hantent encore. Des souvenirs douloureux qui surgissent encore plus fortement aujourd’hui, alors que l’Ukraine est à feu et à sang.

«Je me souviens que ma mère me disait de ne pas parler aux militaires, de ne pas les regarder, de ne jamais réagir, raconte Paula Abarcia, une mère de famille de quatre enfants qui habite aujourd’hui L’Île-des-Sœurs. Il faut rester inerte, mais ça ne veut pas dire que tu n’encaisses pas toute la violence que tu vois et que tu ressens.»

Même si elle était très jeune, Paula Abarcia se souvient encore du bruit des bombardements et de l’odeur du sang des personnes sans vie allongées sur le trottoir. «L’empreinte des odeurs était tellement intense. Encore aujourd’hui je me souviens de ça.»

Une fuite vers le nord

Son père était journaliste et il a dû fuir rapidement le Chili puisqu’il était recherché. Avec ses deux frères et sa mère, Paula Abarcia est restée un peu plus longtemps au Chili avant de rejoindre son père en Argentine.

En 1974, en pleine tempête de neige, toute la famille arrive au Québec. «Je me souviens de la neige sous la lumière, c’était comme des diamants. C’est une image que je ne pourrai jamais oublier. Dans l’imaginaire de l’enfant que j’étais, c’était comme si on arrivait dans un pays de rêve», raconte Mme Abarcia.

Même si elle a trouvé refuge dans un nouveau pays, les effets de la violence l’ont suivie. Par exemple, les bruits très forts la perturbent et créent un inconfort chez elle. Elle a de la difficulté à tolérer les feux d’artifice.

Selon la professeure de psychologique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Ghayda Hassan, la majorité des personnes ayant vécu des événements traumatisants ne développent pas nécessairement un choc post-traumatique, mais cela se produit pour une partie de la population. 

«Il va y avoir des moments plus difficiles, parfois des événements vont réactiver le trauma», explique Mme Hassan, également psychologue auprès des populations immigrantes.

Suivre l’actualité

Paula Abarcia tient à souligner qu’elle n’a pas vécu la même chose que les Ukrainiens aujourd’hui. Elle s’intéresse toutefois à ce conflit même si c’est une période difficile pour elle. «Regarder les nouvelles me donne l’impression que je les accompagne, qu’ils existent et que je ne renie pas leur existence, dit-elle la voix nouée par l’émotion. Je reconnais mes parents à travers les images qui sont montrées aux nouvelles.»

Katrine Desautels

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.