Hochelaga-Maisonneuve
09:00 3 juillet 2021 | mise à jour le: 2 juillet 2021 à 14:42 Temps de lecture: 4 minutes

Des commerces à découvrir à Hochelaga-Maisonneuve

Des commerces à découvrir à Hochelaga-Maisonneuve
Photo: Jason Paré/Métro MédiaGrâce au Village des valeurs et à Renaissance, la rappeuse Calamine n’a pas besoin d’acheter de linge neuf.

Amateur de magasinage ? Plusieurs commerces sont accessibles dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve pour assouvir votre passion ou du moins, faire quelques emplettes en encourageant l’achat local.

En plus d’encourager l’achat local, la directrice du Carrefour jeunesse-emploi Hochelaga-Maisonneuve, Ève Cyr, souligne qu’il y a «plein de beaux modèles de femmes entrepreneures» habitant le quartier.

«Marie Letard de chez Bouche Bée, Annie Martel de Terre à soi, Ariane Beaumont de Arhoma ou Jennifer Marchand de Roxy Lama, ne sont que quelques-unes des femmes inspirantes dont les boutiques sauront vous charmer!»

La Promenade Ontario

Situées sur la rue Ontario, Bouche Bée et Roxy Lama sont également des boutiques appréciées par la restauratrice Élise Bellerose, particulièrement pour faire des cadeaux à ses proches. Dans les deux cas, l’offre est plutôt variée. Dans la première, produits de soins corporels, bougies, bouquets de fleurs, petites bouchées et encore plus sont disponibles.

Sinon, si le Roxy Lama est avant tout une boutique de vêtements, sa proposition commerciale ne se limite pas à ce domaine, comme l’explique Mélissa Boudreault.

«Il y a tout plein de choses, affirme-t-elle. Des vêtements, des sacs, des bijoux, des cartes, pour les adultes, les femmes enceintes et les enfants.»

Mère de famille, Mélissa apprécie également que le Roxy Lama ait un coin avec des jouets où on peut laisser ses enfants. Elle suggère aussi deux autres boutiques situées sur la rue Ontario.

«J’aime beaucoup le fleuriste Lavigne. Il a ouvert officiellement à la fête des Mères cette année. Il a revampé le local, c’est vraiment magnifique. Chaque bouquet, c’est un travail d’artiste.»

L’autre endroit, LOT80E., est une petite boutique proposant un vaste choix de vêtements de designers québécois et canadiens. «La propriétaire est d’une gentillesse sans nom», ajoute Mélissa.

Tenue également par des femmes, dont Mélissa, la libraire Le Renard perché se trouve dans la liste d’Élise. Selon cette dernière, la librairie propose une «magnifique sélection de livres», ajoutant que «le personnel est vraiment parfait».

Les bibliophages ont également la possibilité d’aller à La Librairie Z, célébrant son 5e anniversaire en juin. L’endroit se spécialise dans le domaine de la bande dessinée de tous genres, comic books et mangas compris.

Enfin, toujours sur la Promenade Ontario, la Biscuiterie Oscar est un incontournable selon William Gaudry.

«Ça fait partie des plus vieux commerces encore en fonction dans Hochelaga-Maisonneuve. Ils sont à cet endroit depuis le début des années 1960.» 

Sur Sainte-Cath et Pie-IX

À lire les précédents intervenants, on peut avoir l’impression que tous les commerces intéressants dans Hochelaga-Maisonneuve se trouvent sur la rue Ontario. Que nenni. Même si la musicienne Adélaïde Sokolov admet que son coin dans Viauville est plutôt tranquille – la rue Sainte-Catherine ayant souffert de plusieurs fermetures – elle mentionne deux commerces incontournables pour les gens du quartier.

Le premier, le magasin de vêtements grandes tailles Rock’N Ronde, «tente une approche excellente à la mode féminine», selon la musicienne.

Sinon, anciennement connu sous nom du Marché 4751, le café-épicerie Sainte-Madeleine est parvenu à demeurer sur la rue Sainte-Catherine malgré qu’il ait été évincé de son précédent local plus tôt cette année.

L’endroit est particulièrement apprécié par les gens du quartier, dont Calamine.

«J’aime beaucoup ce petit marché et surtout la propriétaire: elle est tellement fine.»

Adepte de décroissance et d’achats de «seconde main», la rappeuse trouve que les gens du quartier sont vraiment choyés d’avoir un Village des valeurs et un Renaissance dans le coin.

«Le stock se renouvelle en maudit. Depuis que je suis à Montréal, je n’ai pas eu besoin de m’acheter du linge neuf.» On y trouve de tout, ajoute-t-elle.

Articles similaires