IDS-Verdun

Rapport de la CNESST: Groupe TNT met la faute sur l’employé

Photo: Gracieuseté - CNESST

Blâmé pour la mort d’un de ses employés sous l’estacade du Pont Champlain en septembre 2015, Groupe TNT, met pour sa part la faute sur le comportement du contremaître qui ne portait pas son harnais de sécurité dans les instants précédant sa noyade et compte contester une partie de ses amendes.

«Selon nos méthodes, qui avaient été approuvées par Ponts Jacques-Cartier et Champlain Incorporés (PJCCI), tous nos employés savent qu’ils doivent porter un harnais de sécurité, explique la directrice de qualité du Groupe TNT, Magalie Merville.

Elle souligne que Dany  Cléroux était un contremaître très sérieux en matière de sécurité, qui exigeait même le port du harnais pour tous ses travailleurs.

«On pense que la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a fait une enquête sérieuse, mais certains éléments qui auraient pu éclaircir les lecteurs du rapport n’ont pas été inclus», soutient Mme Merville.

Par exemple, les quatre palans de la plateforme qui est tombée étaient tous neufs.

Constats d’infraction
L’entreprise entend contester trois des cinq constats d’infraction qui lui ont été remis par la CNESST.

Groupe TNT n’estime pas avoir modifié d’équipement, puisque la broche était sur un panier à chaîne et non sur un palan. La compagnie croit aussi qu’elle n’a pas exposé ses travailleurs au danger puisque le contremaître connaissait les règles de sécurité et qu’il était en charge de celle-ci. Finalement, elle estime avoir respecté les instructions du fabricant des palans.

Elle ne contestera toutefois pas les deux constats à propos de ses méthodes de travail.

Articles récents du même sujet