IDS-Verdun

Bistrot Paname: nouveau restaurant français à Verdun 

Romain Jean-Baptiste est le propriétaire de Bistrot Paname avec le groupe de restaurateurs Cheers
Romain Jean-Baptiste est le propriétaire de Bistrot Paname avec le groupe de restaurateurs Cheers, pour lequel il a travaillé. Photo: Katrine Desautels

Le Bistrot Paname a officiellement ouvert ses portes à Verdun le 18 mars dernier. Le propriétaire, Romain Jean-Baptiste, tenait à lancer son premier restaurant dans son quartier, tout en apportant une touche française en hommage à ses origines. 

Paname est un terme populaire qui date d’après la Première Guerre mondiale, utilisé pour nommer la ville de Paris, en France. «Avec Paname, je ramène une partie de ma maison dans mon quartier où je me sens chez moi», raconte Romain Jean-Baptiste. 

Arrivé à Montréal il y a 14 ans, il habite l’arrondissement depuis cinq ans. «À Verdun, il y a une liberté, une sensation de s’évader avec le bord de l’eau, on ne se sent pas dans la ville. Il y a un sentiment de communauté très fort, et c’est dans ce genre de communauté que j’avais envie de m’établir», décrit-il. 

Bistrot Paname se veut un lieu rassembleur. Romain Jean-Baptiste voulait amener le concept de restaurant bistronomique, un mot-valise qui combine bistrot et gastronomie. «On reprend le côté accessible et chaleureux des bistrots français, mais tout en relevant le niveau gastronomique», décrit le propriétaire. 

Son restaurant propose des plats classiques français réinventés. Le décor a été conçu par M. Jean-Baptiste, designer de formation. Cela rappelle l’ambiance des bistrots dans les moindres détails. Les tuiles blanches au mur, le plancher de céramique en mosaïque et les tabourets du bar évoquent les petits endroits de Paris où il fait bon s’attarder. 

Malgré le côté français, le propriétaire a le souhait de proposer autre chose pour déstabiliser sa clientèle. Par exemple, on retrouve sur le menu du hiramasa, un poisson japonais qui n’a rien à voir avec la France. De plus, il y aura prochainement une structure pour accrocher les verres, d’une couleur orange vibrant, ce qui tranche, encore une fois, avec le côté français. «On s’amuse avec l’œil et l’essence du client», lance Romain. 

Genèse 

L’idée du restaurant français a germé dans l’esprit de Romain Jean-Baptiste alors qu’il était en voyage à Paris l’an dernier. Pendant cette escapade, il a visité des restaurants ouverts en ville, à l’inverse du Québec où les mesures sanitaires étaient plus strictes. 

«Je voyais de nouveaux restaurants ouvrir en France, on sentait la fin de la pandémie approcher. Ça m’a donné une lueur d’espoir. Je me suis: ça s’en vient pour nous aussi», relate le Montréalais. Il a démarré son projet de restaurant en août dernier dans l’espoir qu’il pourrait ouvrir au bon moment. 

Visiblement, l’entrepreneur a réussi son pari puisque plusieurs mesures, comme le passeport vaccinal, ont été levées quelques jours avant l’ouverture officielle de son établissement. Depuis une semaine, Bistrot Paname est plein tous les soirs. Les réservations des vendredis soirs sont complètes pour les prochaines semaines. «C’est rassurant de voir que la réponse du public est aussi positive», s’enthousiasme le restaurateur.  

Comme tout restaurant qui ouvre en pleine pandémie, l’aventure n’aura pas été un long fleuve tranquille. Les retards dans les travaux de construction et la difficulté de se procurer certains matériaux n’auront pas échappé à Romain Jean-Baptiste. 

Il s’estime tout de même chanceux d’avoir trouvé un chef cuisinier qui comprend sa vision, Raphaël Leclerc-Gileau, ainsi que toute une équipe derrière les fourneaux. En salle, les employés sont surtout des amis que le propriétaire a rencontrés dans sa carrière en restauration. 

Éventuellement, M. Jean-Baptiste souhaite ouvrir sept soirs par semaine et aussi les midis. Pour la période estivale, il planifie ouvrir deux terrasses. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de IDS-Verdun.

Articles récents du même sujet