IDS-Verdun

Démystifier l’alimentation vivante et le végétalisme

Végétalien, alimentation vivante et « raw vegan » sont des termes de plus en plus tendances et populaires auprès des gastronomes. Avec le mois de la nutrition qui se termine, la bibliothèque de L’Île-des-Sœurs accueille la conférence Manger pour performer présentée par le fondateur et directeur général de Crudessence, David Côté.

Démonstrations, recettes et dégustations sont au menu cette conférence qui met en lumière les bienfaits des recettes énergisantes, des nutriments essentiels et de l’alimentation vivante. Présenté le mardi 31 mars à 19h30, les organisateurs de l’événement attendent un bon nombre de curieux sur l’Île-des-Sœurs. David Côté de Crudessence mentionne d’ailleurs que beaucoup d’insulaires se rendent au Quartier 10/30 afin de se procurer les produits de son entreprise.

David présente dans ses conférences l’approche de Crudessence, une cuisine sans cuisson, végétalienne et biologique. « Mon gros défi c’est d’expliquer aux gens que manger santé c’est bon et que ça peut être cochon. […] Les gens sont habitués de manger des choses que leurs parents leur faisaient et ne se posent pas de grosses réflexions sur l’alimentation. »

Il donne aussi des trucs sur la super alimentation. On parle d’aliments comme les pousses de tournesols, les oignons, la luzerne, les fèves germées, les algues, les gras complets comme les olives, les avocats, les noix et les graines. M. Côté compare l’alimentation vivante à gérer une entreprise durable.

Fort comme Popeye
À ceux qui ont des préjugés avec le fait d’être végétalien et athlète, David Côté leur répond qu’il y a des milliers d’athlètes connus qui s’aliment de cette façon, dont des sportifs qui font des ultras marathon.

« On peut évidemment penser à Georges Laraque, un athlète qui mange de la salade. Quand on parle d’athlète, je ne parle pas de quelqu’un qui a juste l’air musclé. Être athlète c’est maitriser endurance, force et souplesse. Souvent les gens se trompent avec l’haltérophilie et veulent seulement être gros. Je m’entraîne souvent et je ne prends pas une grosse masse musculaire. Je pèse 150 lb mouillé et je lève plus au “’bench”’ qu’un gars de 190 lb. »

Erreurs à ne pas faire
David Côté note deux erreurs importantes que les gens font lorsqu’ils changent leur alimentation. Premièrement, le radicalisme. « Plusieurs se disent : j’embarque là-dedans, je quitte mon alimentation et je mange uniquement végétalien cru. La transition doit se faire tranquillement. Même moi je ne mange pas 100 % végétalien. »

La deuxième erreur c’est que les gens choisissent de changer leur alimentation pour les mauvaises raisons. « Ils ont un dégoût d’eux-mêmes parce qu’ils se trouvent gros, alors ils veulent faire des régimes. Ils focussent sur les choses qu’il ne faut pas manger en se disant qu’ils doivent se priver pour être mieux. C’est complètement irrationnel. »

La viande est non nécessaire
Est-ce que c’est déconseillé à quelqu’un de ne pas manger de viande ? Absolument pas conclut M. Côté. « La seule personne qui peut te conseiller de ne pas en manger c’est le médecin. Pour les personnes anémiques, certains nutritionnistes vont conseiller de prendre des suppléments de fer et de foie de bœuf. Moi je conseille plutôt de mettre des feuilles d’ortie dans un smoothie et c’est réglé. »

Manger sainement ne veut pas dire, manger uniquement des aliments biologiques. Évidemment, David conseille aux gens d’acheter des aliments qui sont les moins transformés possible. Toutefois, il reconnait que manger bio coûte cher. Il soutient qu’il est tout de même mieux de manger des légumes non bios que de ne pas en manger du tout. Selon lui, c’est dans la viande, les produits laitiers et les œufs que l’on retrouve le plus de pesticides.

Articles récents du même sujet