Lachine & Dorval
11:27 4 mars 2020 | mise à jour le: 9 mars 2020 à 17:13 temps de lecture: 3 minutes

Ressources limitées pour les femmes itinérantes de l’Ouest

Ressources limitées pour les femmes itinérantes de l’Ouest
Photo: Messager Lachine & Dorval - Archives

L’itinérance cachée frappe les femmes de l’ouest de Montréal, qui multiplient les sacrifices pour trouver du logement. Les ressources dans ce secteur sont insuffisantes pour combler leurs besoins, considèrent plusieurs intervenants.

À défaut de dormir dans des lieux publics, les femmes sans-abri de ce secteur utilisent diverses stratégies pour trouver un toit, comme le couch surfing, dormir dans une voiture ou se regrouper par dizaine dans des appartements de petite taille.

«L’ampleur de l’itinérance chez les femmes est sous-estimée. On a tendance à croire qu’il n’y en a pas beaucoup parce qu’on ne les voit pas, mais on ne peut pas imaginer les problèmes qu’elles vivent.», résume Nadia Lemieux du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal, un regroupement d’organismes communautaires.

Elles échangent des faveurs sexuelles pour du logement ou acceptent des comportements violents. «L’itinérance cachée est particulièrement mauvaise pour les femmes, parce qu’elles resteront dans des relations toxiques par peur de se retrouver dans la rue», explique pour sa part Tania Charron, directrice d’Action Jeunesse de l’Ouest-de-l’Île (AJOI), un organisme spécialisé en travail de rue.

Aucune ressource

Dans l’ouest de Montréal, il n’existe aucun centre, seuls l’accompagnement, l’écoute et la distribution de produits de première nécessité comme des denrées et des produits d’hygiène sont offerts aux itinérantes.

«Il manque sérieusement d’hébergement pour les personnes en situation d’itinérance dans les quartiers éloignés du centre de Montréal», admet Mme Lemieux.

Un organisme affilié à l’AJOI, Ricochet, amasse présentement des fonds afin de bâtir un centre d’hébergement d’urgence dans l’ouest de Montréal. Cet établissement sera mixte.

«Mon intention est de conserver un ratio de chambres pour les femmes, pour être certaine qu’elles aient leur place», confirme Tania Charron.

Pour l’instant, les femmes sans toit de l’Ouest-de-l’Île doivent trouver refuge dans les centres des quartiers centraux, qui débordent déjà, comme Chez Doris ou l’Auberge Madeleine.

«C’est assez critique, constate Nadia Lemieux. Il n’y a pas assez de logements sociaux pour toute la population, mais il faut surtout qu’il y en ait plus réservés aux femmes.»

Aux yeux de la fondatrice de l’organisme La rue des femmes, Léonie Couture, un centre de santé dédié aux itinérantes, il est essentiel que les ressources soient départagées en fonction des sexes.

«Lorsque les ressources sont mixtes, les femmes n’y participent pas, et si elles le font, c’est qu’elles n’ont vraiment pas le choix», constate-t-elle.

Une proportion importante de sans-abri se retrouvent dans la rue, car ils ont vécu des difficultés sur le plan relationnel, telles qu’une agression sexuelle ou un divorce. Dans leur processus de rétablissement, côtoyer le sexe opposé est souvent déconseillé.

Articles similaires

03:30 28 mars 2019 | mise à jour le: 28 mars 2019 à 09:12 temps de lecture: 4 minutes
Les invisibles