LaSalle
16:28 26 avril 2021 | mise à jour le: 26 avril 2021 à 16:30 temps de lecture: 4 minutes

Prendre soin de son arrondissement

Prendre soin de son arrondissement
Photo: GracieusetéDes montagnes de déchets sont parfois ramassées dans les parcs de l’arrondissement.

L’initiative citoyenne Propre@LaSalle est née l’an dernier durant la première vague de confinement afin de remplacer les traditionnelles grandes corvées de nettoyage sur les berges et ailleurs. Un an plus tard, elle continue son travail en s’associant à d’autres organisations comme Tous au Fleuve.

«On dématérialisait ce qu’on connaissait depuis quelques années et on rematérialisait ça en encourageant les gens, de façon individuelle, à nettoyer leurs parcs, leurs ruelles, leurs rives», explique l’un des instigateurs de ce mouvement, Duane Boisclair.

«Il y a beaucoup de fierté qui se dégage de ça. Même si c’est un acte individuel, ça fait un grand sens pour la société», ajoute-t-il.

Même s’il y a eu une pause de ramassage durant l’hiver, les déchets ont continué de s’accumuler un peu partout.

«Des fois, ce sont des humains qui ont un manque d’éducation ou qui ont de mauvaises intentions qui vont directement jeter des gobelets de café ou des mégots de cigarette par terre», constate-t-il.

Selon lui, les infrastructures ne sont pas toujours au rendez-vous, comme dans les parcs, par exemple. Il observe entre autres que lorsqu’il y a une bonne bourrasque, les déchets peuvent s’envoler et se retrouver un peu partout, puisque les poubelles sont souvent trop pleines lors de journées de forte affluence.

Durant la dernière année, il a aussi remarqué que bon nombre de masques à utilisation unique se retrouvent par terre, ce qui ulcère les membres des groupes citoyens qui n’en peuvent plus d’en ramasser.

«25% des gens n’en ont rien à foutre. On les voit, on les surprend à jeter des masques par terre», fulmine-t-il.

M. Boisclair s’inquiète d’ailleurs de toute la pollution plastique qui se retrouve dans le fleuve Saint-Laurent et ultimement dans les océans.

«Le Jour de la Terre, c’est bien, mais on pense qu’il faut aimer le fleuve 365 jours par année. Si ça permet de motiver des gens, tant mieux, mais le Jour de la Terre devrait être tous les jours.» –Duane Boisclair, bénévole pour Propre@LaSalle et Tous au fleuve

Selon lui, une des façons de minimiser leur impact est de modifier certains produits afin qu’ils soient biodégradables.

Corvée de nettoyage

«Les initiatives comme Propre@LaSalle sont présentes et vont continuer de l’être. Cependant, avec l’équipe de Tous au Fleuve, on a décidé de relancer les corvées de nettoyage», explique-t-il.

Concrètement, c’est une formule hybride entre la forme traditionnelle et les collectes individuelles qui ont lieu depuis l’instauration des mesures sanitaires reliées à la COVID-19.

Un évènement Facebook intitulé «NETTOYAGE URGENT du Grand Sud-Ouest de Montréal» a été créé pour l’occasion et a rassemblé de nombreuses personnes depuis le 10 avril.

Au lieu de prôner de grands rassemblements, les gens étaient simplement invités à quadriller un site précis, une journée donnée. Dans l’arrondissement, les citoyens actifs du groupe Propre@LaSalle et l’équipe de Kayak Sans Frontières (KSF) ont effectué une corvée le dimanche 18 avril.

Une autre initiative que Duane Boisclair aimerait implanter dans l’arrondissement est le concept de berges sans trace qui consiste à ne laisser aucun déchet sur place lors d’une activité extérieure.

«On est dans un milieu dynamique où les gens aiment leurs rives, aiment leur fleuve», constate Duane Boisclair.

Des ambassadeurs se promèneraient dans les parcs pour inciter les utilisateurs à non seulement utiliser les infrastructures appropriées, mais aussi à ramener les détritus chez soi.

Propre@LaSalle

Les personnes intéressées peuvent s’abonner au groupe Facebook et ainsi partager des photos de leur journée de collecte afin d’inciter d’autres résidents à faire de même.

Articles similaires