LaSalle
18:13 16 juin 2021 | mise à jour le: 16 juin 2021 à 18:13 Temps de lecture: 3 minutes

Tombée du rideau au cégep André-Laurendeau

Tombée du rideau au cégep André-Laurendeau
Photo: GracieusetéLa vedette du web et étudiante en arts visuels à l’UQAM, Hélène Boudreau, a participé à un documentaire d’étudiants en communication du cégep André-Laurendeau.

Comme chaque année, le festival des étudiants du programme de communication du cégep André-Laurendeau s’est tenu à la fin du mois de mai. Sous le thème «Perspectives», il a eu lieu en mode virtuel.

Près d’une quinzaine de créations artistiques ont été présentées par des étudiants de première et de deuxième année lors de l’évènement qui a été diffusé en direct sur Facebook.

Des courts-métrages, des documentaires, des podcasts et des plateformes interactives étaient à l’honneur, en plus de nombreuses activités dont l’enregistrement et la diffusion d’une émission de radio.

Deux des membres du comité de programmation du festival, les finissantes, Mathilde Visser et Juliette Monnier, expliquent que même si ce n’est pas la même ambiance qu’en présentiel, la formule virtuelle offre une meilleure accessibilité des contenus, puisque tous peuvent y avoir accès sur Facebook.

«Ma famille est en France, donc si le festival avait eu lieu en présentiel, ma famille n’aurait pas pu voir tous les projets. Ils étaient assez contents et moi aussi» exprime Mme Monnier.

Toutefois, autant elle que sa collègue soulignent qu’il manque le côté plus humain de l’expérience en personne.

L’édition virtuelle a d’ailleurs demandé davantage de travail notamment sur l’aspect et l’identité visuelle du site Internet.

«C’est un travail de groupe d’organiser un festival. Mais, on était séparés en comités. La communication était moins bonne. C’est difficile d’avoir tout le monde en même temps. Chaque comité a besoin des autres pour avancer», constate Mme Visser.

Suite

Juliette Monnier a été acceptée au baccalauréat en production cinématographique de l’Université Concordia.

«Je veux travailler dans le milieu du cinéma comme réalisatrice ou directrice artistique», dit-elle.

Pour sa part, Mathilde Visser va compléter son diplôme d’études collégiales (DEC) en sciences de la santé qu’elle avait amorcé avant de commencer son DEC en communication.

Elle songe à se lancer dans le journalisme scientifique plus tard.

«Mon parcours en communication va toujours me servir», conclut-elle.

L’organisation de ce festival fait partie des dernières étapes du cours pratique de diffusion en communication du programme d’Arts, lettres et communications, profil Cinéma et communication ainsi que du profil Journalisme multimédia et communication avant l’obtention du diplôme collégial.

14

Nombre d’œuvres présentées lors du Festival des finissants en communication du Cégep André-Laurendeau.

Articles similaires