LaSalle

Nettoyer son quartier, un déchet à la fois

Maryse Montigny réside depuis peu à LaSalle, mais a tout de suite voulu faire sa part pour l’environnement en ramassant des déchets.
Maryse Montigny participait à une collecte de déchets qu’elle a organisée le 6 septembre. Photo: Gracieuseté/Nadia Renzo

La LaSalloise Maryse Montigny réside depuis peu dans l’arrondissement, mais a tout de suite voulu faire sa part pour l’environnement lorsqu’elle a vu le nombre de déchets jetés à certains endroits.

C’est ce qui l’a incitée à organiser des collectes de déchets.

Je trouve ça important d’essayer de rapprocher la communauté, de rapprocher les voisins. Ça permet de ramasser les déchets et de rencontrer des gens qui ont à cœur l’environnement comme moi», dit-elle.

Par l’entremise de Facebook, elle a commencé à propager son idée sur le groupe «Propre à LaSalle». Pour l’instant, deux collectes ont été réalisées avec succès et une troisième est en préparation.

La première a rassemblé seulement trois personnes, mais beaucoup de déchets ont été ramassés. Une deuxième s’est tenue lors de la fête du Travail avec une dizaine de personnes. En peu de temps, trois sacs de poubelle ont été remplis.

La troisième a eu lieu lors de la Journée du fleuve.

«C’est important de nettoyer les berges pour empêcher que ça s’en aille dans l’eau. L’eau, on l’utilise pour tout. On en a besoin et plus elle est polluée, moins on va pouvoir l’utiliser. Aussi, on veut faire en sorte que les animaux soient en santé et ne mangent pas de plastique», s’exclame-t-elle.

Maryse Montigny dit avoir la fibre environnementale depuis longtemps, même si elle a peu participé à ce genre d’initiative avant.

Collectes

Lors des collectes, elle a retrouvé les déchets habituels comme les mégots, les bouteilles et maintenant les masques, mais aussi un sac de frites congelées et un panier d’épicerie.

Maryse Montigny compte en faire d’autres avant que les feuilles commencent à tomber «pour qu’on puisse ramasser le plus de choses avant que ça se ramasse dans l’eau et dans le fleuve». Toutefois, il reste toujours des déchets à collecter au printemps, dit-elle.

Formée comme technicienne en santé animale, elle s’est recyclée en employée de bureau pour avoir des horaires plus stables.

De voir l’état des lieux, ça m’enrage un peu. Je marchais et je voyais les déchets. J’ai commencé à les ramasser toute seule. Après, je me suis dit: tant qu’à être toute seule et ne pas pouvoir tous les ramasser, pourquoi ne pas organiser des évènements?

Maryse Montigny, organisatrice de collectes de déchets

Elle est actuellement conseillère en traitement de commandes chez Softchoice.

Toutefois, son ancien emploi lui a servi durant la pandémie, puisqu’elle a participé, à titre de vaccinatrice, à la campagne estivale. Elle a travaillé quelques fois aux sites de LaSalle et de Pointe-Claire.

«Plus le temps avance, plus je me rends compte que je veux socialiser et m’occuper des gens ainsi que de mon environnement.»

Les collectes de déchets lui permettent de combiner sa passion pour le plein air, sa fibre environnementale et son tempérament sociable.

Articles récents du même sujet