LaSalle

Après 25 ans, la librairie emblématique du Bronx ferme ses portes

Robin Finesmith pose pour un portrait dans sa librairie. Photo: Oona Barrett / Métro

Jeudi dernier, Robin Finesmith ouvrait pour la dernière fois sa librairie, Livres Bronx, à LaSalle. Après une réévaluation à la hausse du lieu, le propriétaire a décidé de vendre, ce qui oblige la libraire à mettre les clés sous la porte.

À la veille de la fermeture, Métro a rencontré Robin Finesmith. Retour sur ses 25 dernières années entourées de milliers de livres.

«Je ressens un vide, ça va me faire bizarre quand je vais passer devant et que ça ne sera plus ma librairie», exprime Robin pendant qu’elle nettoie la poussière de vieux livres à l’aide d’un chiffon.

Une perte pour le quartier

La libraire explique que beaucoup d’habitués du quartier sont passés ces derniers temps pour venir une dernière fois dans la boutique. «Un petit garçon d’une cliente est venu me dire qu’il était triste que je parte en me demandant s’il pouvait faire quelque chose», confie-t-elle.

En mars dernier Robin Finesmith a appris qu’elle devrait quitter la boutique cet été. Elle a donc décidé de liquider sa librairie en mettant ses livres à un dollar l’unité et les cassettes audio à 25 cents. Depuis, près de 12 000 livres ont été vendus, et «beaucoup de monde est venu depuis la médiatisation de ma fermeture», ajoute-t-elle.

Façade de la librairie Livres Bronx. Crédit: Oona Barrett.

«Je préfère me faire moins d’argent, mais que mes livres aillent dans les mains de personnes qui les veulent vraiment», exprime la libraire.

La période de la COVID-19 n’a pas été chose facile pour cette boutique intergénérationnelle. Étant trop étroite pour accueillir des clients pendant les périodes de réouvertures, Livres Bronx a dû rester fermer tout au long de la pandémie.

Le rendez-vous du voisinage

Pour la libraire, ce magasin n’a jamais été une question d’argent, mais surtout un lieu de rencontre pour le quartier.

Le magasin m’a surtout donné l’opportunité de rencontrer des gens très intéressants dans le voisinage! On a eu la chance d’apprendre à connaître leur centre d’intérêt.

Robin Finesmith

Robin Finesmith explique qu’en apprenant à connaître ses clients, elle mettait des livres de côté en fonction de leurs intérêts ou prenait même des commandes.

Une des particularités de la librairie était son caractère éclectique, on pouvait y trouver des romans fictifs en français et en anglais, des livres de cuisine, des livres pour enfants, il y en avait pour tous les goûts.

Après qu’une cliente ait demandé à Robin des nouvelles sur sa recherche d’un certain livre de recettes, la libraire explique qu’elle achète et trouve ses livres un peu partout, que ce soit dans des bibliothèques de personnes qui déménagent ou qui sont décédées.

«Le plus vieux livre qu’on a eu datait du 16e siècle, c’était sur la vie d’un évêque en Irlande» raconte-t-elle en énumérant les nombreuses perles rares qu’elle a vu passer entre ses mains.

Livres Bronx était devenue un lieu de rendez-vous des centres d’intérêt de la communauté. « Un jour, on a eu une demande de livres sur les ovnis et de plus en plus de clients ont commencé à en redemander à ce sujet », donne-t-elle comme exemple.

Elle explique aussi que c’était une des premières librairies d’occasion à avoir développé une présence en ligne, ce qui leur a permis d’accentuer la recherche de livres pour leurs clients et de développer leurs horizons.

«Si tu aimes lire et que tu viens ici, il y aura forcément un livre qui va attraper ton regard, ça n’arrive pas sur Amazon», mentionne-t-elle.

La suite…

Bien évidemment, elle-même passionnée de lecture, Robin Finesmith mentionne qu’elle gardera des livres pour sa collection personnelle. «Il y a un livre que je veux absolument retrouver, je le cherche encore dans la boutique, un livre de photos de personnes en Russie d’y a plus de 100 ans»..

La libraire range des livres dans sa librairie. Crédit: Oona Barrett.

Pour les livres qui resteront, la libraire a prévu de les donner à des organismes caritatifs qui redistribueront les livres à des détenus de prisons, des hôpitaux, ou bien des organismes et écoles au Congo et en Haïti.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de LaSalle.

Articles récents du même sujet