Le Plateau-Mont-Royal
14:43 16 octobre 2020 | mise à jour le: 16 octobre 2020 à 15:02 temps de lecture: 3 minutes

Une entreprise d’influence 100% Plateau

Une entreprise d’influence 100% Plateau
Photo: Elena Broch/MétroNicolas Bon est le fondateur de Clark Influence. Il est désormais épaulé par une dizaine de collaborateurs entre le Québec et l’Ontario et bientôt la France.

Nicolas Bon, 26 ans, est à la tête de Clark Influence, installée sur le boulevard Saint-Laurent et spécialisée dans le marketing d’influence. Cet amoureux du Plateau-Mont-Royal a fait de sa compagnie un modèle de réussite et compte bien ne pas s’arrêter en si bon chemin.

Lorsque Nicolas Bon a débarqué sur le Plateau-Mont-Royal depuis l’île de la Réunion, le coup de foudre a été immédiat. «Sur le Plateau, il y a une chaleur qu’on ne retrouve pas ailleurs, tu peux tout faire ici, il y a plein de parcs, de commerces…», pense le fondateur de Clark Influence. C’est pour cela qu’il avait choisi, pendant ses études, une colocation sur la rue Clark, «et parce que comme tout Français, tous mes amis étaient sur le Plateau», sourit-il.

Du haut de ses 17 ans, il décide alors de poursuivre ses études à HEC Montréal. De fil en aiguille, Nicolas Bon aiguise son amour pour l’entrepreneuriat lorsqu’il a intégré «une association entrepreneuriale qui m’a fait découvrir la fondation d’entreprises.»

«J’ai ensuite gagné une dizaine de prix avec différents projets qui m’ont en autre amené à partir en Israël et Cisjordanie avec Philippe Couillard et en en Arctique avec Ségolène Royal [ancienne ministre française et ancienne ambassadrice des pôles arctique et antarctique]», explique-t-il.

Histoire d’un succès

«À la fin de mes études,  je voyais que l’influence devenait de plus en plus intéressante; en regardant une émission télé, j’ai vu que l’animatrice avait énormément d’influence sur ses réseaux sociaux», se souvient-il.

Alors, en 2017, il lance seul sa compagnie. Son principe est d’«utiliser la voix de personnes publiques ou de personnes plus proches des gens et authentiques» au service d’une marque. «On voulait casser le cliché des influenceurs en maillot de bain aux Bahamas et travailler aussi avec des gens authentiques», précise M. Bon.

«J’ai commencé avec de petites entreprises montréalaise; le Festival du nouveau cinéma était notre premier client», se souvient-il.

S’armant de créatifs et de gens d’expérience pour l’épauler, la machine Clark Influence s’emballe. Nicolas Bon est désormais fort d’une entreprise d’une dizaine de salariés.

Actuellement, le chef d’entreprise, qui ne souhaite pas dévoiler son chiffre d’affaires, affirme que Clark Influence est en bonne santé financière. Et pour cause, il a collaboré avec les plus grandes marques québécoises, canadiennes et mondiales : IGA, Liberté, L’Oréal, Air France et même le gouvernement du Québec. Il y a peu, Clark Influence a élaboré une campagne de promotion du film SLAXX.

Celle qui était une petite entreprise du Plateau-Mont-Royal s’est récemment déployée à Toronto pour conquérir un peu plus de marchés de l’influence. Cette année, l’équipe de Clark part à l’assaut du vieux continent et ouvrira sous peu un bureau à Paris en France.

Le marketing d’influence, c’est quoi?

C’est un type de marketing qui s’appuie sur des chef.fes d’opinions, notamment sur les réseaux sociaux, pour faire la promotion d’un produit de biens ou de services.

Par exemple, une entreprise comme Clark Influence peut contacter des mamans très présentes et suivies sur les réseaux sociaux pour vanter les mérites d’une marque en lien avec l’enfance.

Articles similaires