Le Plateau-Mont-Royal

Ghislain Taschereau: un «amouriste» avec du mordant

Ghislain Taschereau
Photo: Elena Broch/Métro Média

On connaissait Ghislain Taschereau l’humoriste, l’auteur, et le comédien… En pleine pandémie, ce résident du Plateau-Mont-Royal ajoute une corde à son arc : celle d’éditeur. La création des Éditions de L’Individu et la sortie récente de son roman Les Dents de l’amour donnent une belle occasion de parler avec cet homme au mordant incomparable.

Dans le roman de sa nouvelle collection Hilare Coquin, le père de l’Inspecteur Specteur a choisi de parler d’amour de manière «amouristique» pour «tordre les clichés des histoires d’amour», explique-t-il.

L’histoire? Draculotte, habitante de Bucarest et fille adoptive de Dracula, s’est éprise d’Ericu, un humain. Voulant vivre le grand amour et fonder une famille humaine, elle refuse de le mordre. Cela malgré la pression de son père, les malversations de sa demi-sœur Drâcontour et les abus d’un vieux jésuite libidineux nommé Djacula.

«C’est de la belle connerie, du Harlequin loufoque, je garde cette flamme stupide tout au long du roman», explique Ghislain Taschereau.

Liberté

Sortir ce livre dans sa propre maison d’édition lui permet une certaine liberté. «Approcher une maison d’édition avec un roman que tu veux contrôler… C’est pas tous les éditeurs qui sont prêts à embarquer», dit-il, soulignant par ailleurs s’être entouré d’une directrice littéraire.

Libre aussi dans les thèmes qu’il souhaite aborder. Car Ghislain Taschereau est loin de s’autocensurer. «Je m’organise pour écrire des histoires comiques, et si des gens se sentent froissés par ceci ou cela, c’est leur problème! Aujourd’hui, on est heurté par des âneries», lance-t-il.

Il regrette actuellement la «fadeur» des contenus humoristiques de certains «grands diffuseurs». «Il y a trop de peur en amont, on veut rien risquer donc on s’arrange pour que tout soit égal, on veut aucune écharde.»

«Il y a encore des gens corrosifs, tempère-t-il, sauf qu’au lieu de passer par des diffuseurs, ils vont passer par des canaux comme Youtube».

Ou aller vers des diffuseurs prêts à le suivre, comme lorsque la maison Robert Laffont n’a pas hésité en 2019, à mettre en couverture le titre Osti de Tabarnac, preux chevaliers francol. «Ils auraient pu refuser, lance-t-il. Je suis curieux de savoir combien d’éditeurs auraient osé la jouer aussi crûment!»

Engagé

Ghislain Taschereau, même s’il parle d’amour loufoque, garde toujours un œil acerbe sur le monde qui l’entoure, chose qu’il aborde aussi dans son nouveau roman.

C’est d’ailleurs pour parler d’actualité que l’ancien membre des Bleu poudre a ressorti cette année sa version de Yasser Arafat. Pandémie et Donald Trump, 2020 a de quoi faire rigoler un humoriste.

Toutefois, faire de l’humour avec l’actualité semble aujourd’hui vain pour Ghislain Taschereau. «Quand j’ai commencé à faire de la télévision en 1989, les nouvelles qui y avait, tu regardais ça puis tu te disais que ça allait changer, mais 30 ans plus tard, rien n’a changé», se décourage-t-il.

«Un gars de quartier»

Ce qui a changé, c’est Le Plateau-Mont-Royal, ce quartier qu’il aime et habite depuis plusieurs décennies. «J’ai été très content de l’arrivée de [l’ancien maire d’arrondissement] Luc Ferrandez parce qu’avant, le Plateau était un peu à l’abandon», explique-t-il.

Alors, il prend plaisir à sillonner son quartier à pied, à la découverte de nouvelles rues, d’originalités architecturales et urbaines. Comme les vélos détruits par les déneigeuses qu’il prend en photo et met en ligne sur son compte Instagram.

«Je vis dans mon quartier, je consomme dans mon quartier», affirme-t-il. Et il ne le quitterait pour rien au monde.

Ses adresses favorites sur le Plateau

Pizzédélic : 1250, avenue du Mont-Royal
Le Boucanier : 1594, avenue du Mont-Royal
Chez Mai Lan, restaurant vietnamien : 1708, avenue Laurier
Frite Alors! Pour la poutine au porc effiloché : 433, rue Rachel
L’épicerie Valmont : 2147, avenue du Mont-Royal
La Boucherie Champfleuri : 1577, avenue du Mont-Royal
Aux verres stérilisés : 800, rue Rachel
Le Boudoir : 850, avenue du Mont-Royal
Le Verre bouteille : 2112, avenue du Mont-Royal
Le Café Rico : 1215, avenue du Mont-Royal
La librairie du Square : 3453, rue Saint-Denis

Articles récents du même sujet