Montréal-Nord

Le Centre Toussaint: ancré dans la communauté d’origine haïtienne

Le Centre Toussaint: ancré dans la communauté d’origine haïtienne
Photo: Gracieuseté - Centre ToussaintSly Toussaint, fondatrice du Centre Toussaint

Qu’est-ce qui rend la culture haïtienne spéciale? C’est ce que s’est demandé Sly Toussaint en réfléchissant à la programmation du Centre Toussaint, un endroit où on peut en apprendre beaucoup sur la culture haïtienne. Ce centre d’apprentissage et de loisirs offre maintenant ses services à Saint-Michel et a accueilli des curieux et pour ses premières portes ouvertes le 5 août.

Tout a commencé il y a un an lorsque Sly Toussaint, qui a vécu à Haïti pendant sept ans et à Montréal-Nord pendant 14 ans a donné ses premiers cours de créole dans le sous-sol de sa maison d’Ahuntsic. « Beaucoup de gens parlent créole, mais n’ont pas l’habitude d’aller chercher des livres en créole et d’apprendre à l’écrire, parce qu’on est au Québec », remarque-t-elle.

Devant le succès de ses cours, la Montréalaise de 27 ans a voulu diversifier ses services. Aujourd’hui, la programmation du Centre Toussaint compte six différents cours, majoritairement donnés aux Loisirs communautaires de Saint-Michel.

Cours offerts au Centre Toussaint

  • Danse folklorique haïtienne (79$)
  • Danse urbaine en talons (79$)
  • Créole haïtien débutant (79$)
  • Histoire d’Haïti (79$)
  • Percussions haïtiennes (99$)
  • Cuisine haïtienne (350$)

Pour Montréal-Nord et Saint-Michel

Un des objectifs premiers de Mme Toussaint avec ce Centre était de créer un moyen structuré d’en apprendre sur l’histoire et la culture haïtienne. « Quand on va à l’école ici, on apprend l’histoire du Québec et du Canada, mais après ça prend beaucoup de découvertes personnelles et de YouTube pour apprendre l’histoire d’Haïti, illustre la fondatrice. On ne sait pas où ça commence et où ça finit. »

La fondatrice met également l’accent sur l’importance que ces services soient à proximité de Montréal-Nord et Saint-Michel, où on trouve en plus forte concentration la communauté montréalaise d’origine haïtienne. « C’est plus logique pour moi de permettre aux gens de connaître la culture dans un endroit où il y a beaucoup d’Haïtiens ».

Mme Toussaint soutient notamment que tous les enseignants qu’elle engage pour donner ces cours sont « les meilleurs dans leur domaine ».

C’est intéressant, ça donne l’occasion de se retrouver tous ensemble, d’apprendre et de pratiquer la culture haïtienne, dit Dory Marie-Joseph, 23 ans et originaire de Guadeloupe.

Rodriguez Damis, professeure de danse urbaine en talons

« Je fais déjà de la danse folklorique haïtienne, mais je veux apprendre les percussions parce que c’est comme l’autre côté de la médaille », affirme Nephar Daphnis. Elle et ses enfants ont essayé les percussions lors des portes ouvertes.

« Approfondir la culture haïtienne comme le fait le Centre Toussaint, je trouve ça vraiment intéressant », mentionne Rodriguez Damis, professeure de danse urbaine en talons au Centre Toussaint.

Heureuse d’avoir enfin pu trouver un endroit convenable pour donner ses cours, Mme Toussaint souhaite rester dans ses locaux actuels « le plus longtemps possible ».