Montréal-Nord

La Mission 100 tonnes amasse près de 600 livres de déchets sur les berges nord-montréalaises

La Mission 100 tonnes amasse près de 600 livres de déchets sur les berges nord-montréalaises
Photo: Gracieuseté - Mission 100 tonnesTrois heures ont étés suffisantes aux citoyens, élus et organisateurs pour amasser 595 livres de déchets, le 14 septembre

Une opération de nettoyage de quelques heures sur des berges de Montréal-Nord a permis d’amasser 595 livres de déchets. Cette initiative de la Mission 100 tonnes vise à réduire le niveau de plastique, de déchets de substances toxiques des cours d’eau et océans.

Plusieurs citoyens nord-montréalais, accompagnés d’Éconord et des élus de l’arrondissement, ont participé à cette corvée d’une durée de trois heures le matin du samedi 14 septembre. 

« Notre objectif, c’est de faire la différence pour la situation catastrophique des océans en ce moment , explique le chef de mission de la Mission 100 tonnes, Jimmy Vigneux. Les déchets qui se ramassent dans les océans partent bien souvent des fleuves des rivières et des ruisseaux. »

Le mouvement Mission 100 tonnes a déjà l’habitude d’amasser des centaines de livres de déchets en quelques heures. Lancé en avril 2018, il avait dû changer son nom après un seul été, après qu’il ait dépassé son objectif initial de 10 tonnes. 

Des corvées de nettoyage ont été organisées, cet été, dans 21 villes du Québec et dans les 11 arrondissements riverains de Montréal. Le nettoyage au parc Aimé-Léonard de Montréal-Nord concluait la saison montréalaise.

Changer des comportements

La quantité de déchets amassée par la Mission 100 tonnes a de quoi impressionner. Cependant, l’un de ses chefs de mission aimerait que ces déchets soient de plus en plus difficiles à trouver. « On veut que les citoyens fassent un virage dans leur mode de consommation pour que tout ce qui est plastique à usage unique et autres trucs jetables arrêtent de se ramasser dans les cours d’eau », fait valoir M. Vigneux

Les déchets amassés témoignent de comportements polluants toujours bien présents. Beaucoup de mégots de cigarettes, d’emballages de plastique, de styromousse et de pailles sont trouvés durant la majorité des corvées. « Le poids de ce qu’on ramasse est toujours relatif, souligne M. Vigneux. Ces déchets ne pèsent pas très lourd. »

Au moment d’écrire ces lignes, le site de la Mission 100 tonnes indiquait que 51 tonnes de déchets avaient été amassées depuis sa fondation.