Montréal-Nord
16:40 8 décembre 2020 | mise à jour le: 8 décembre 2020 à 17:55 temps de lecture: 4 minutes

Montréal-Nord: Québec renouvelle sa contribution au plan jeunesse

Montréal-Nord: Québec renouvelle sa contribution au plan jeunesse
Photo: Josie Desmarais/Archives MétroLa ministre responsable de la métropole Chantal Rouleau.

Le gouvernement du Québec a annoncé une reconduction et une bonification annuelle de 25 000$ de l’entente du Plan d’action collectif Priorité jeunesse de Montréal-Nord. Une mesure que la députée de Bourassa-Sauvé juge «minimale» pour répondre aux besoins du quartier.

Après avoir reconnu une «urgence d’agir» sur le territoire de Montréal-Nord, qui a connu une année 2020 marquée par la COVID-19 et la recrudescence de la violence, la responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, y est allée d’une première annonce pour le territoire, jeudi.

Elle a informé que l’entente de collaboration entre le gouvernement de l’arrondissement en lien avec le Plan d’action Priorité jeunesse, qui prévoit des investissements spécifiquement pour les jeunes de Montréal-Nord, allait être reconduit jusqu’en 2023. Du même coup, son Québec fera passer son investissement annuel au programme de 250 000$ à 275 000$.

Jusqu’en 2023, c’est un total de 865 000$ qui seront injectés dans ce plan d’action par le gouvernement provincial, en incluant une contribution de 40 000$ reconduite par le Secrétariat à la jeunesse.

Cette annonce «va favoriser sans aucun doute la mise en place des leviers susceptibles de contribuer à l’épanouissement des jeunes sur des plans social, économique, académique et culturel. […] D’ailleurs, j’invite les organismes de Montréal-Nord qui souhaitent proposer un projet à le faire», a-t-elle déclaré dans une conférence de presse virtuelle.

«Tout Montréal-Nord se réjouit de la reconduction et bonification de cette entente, a affirmé la mairesse de Montréal-Nord, Christine Black. Priorité jeunesse a la fierté de toute une communauté et c’est l’une des raisons pour lesquelles je fais de la politique. Ce financement à long terme fait une réelle différence sur le terrain.»

Instauré en 2017 par l’administration Black, le Plan d’action collectif Priorité jeunesse a jusqu’aujourd’hui soutenu 10 projets dans l’arrondissement qui ont rejoint un total de 3000 jeunes nord-montréalais. Le gouvernement de Philippe Couillard y avait investi un total de 790 000$ sur trois ans.

Trois de ces initiatives, portées respectivement par les Fourchettes de l’Espoir, le Centre des jeunes l’Escale et Qu’en dit Raton se poursuivront en vertu du nouvel investissement de Québec, a indiqué la ministre Rouleau.

Insuffisant

La députée de Bourassa-Sauvé, est restée sur son appétit après avoir visionné le point de presse. Elle s’attendait à une annonce plus importante de la part de Québec.

«C’est un minimum que de reconduire Priorité jeunesse, réagit-elle. Dans le contexte actuel, c’est essentiel. Mais 25 000$ de plus par année pour moi, c’est très, très peu. Il faut aller beaucoup plus loin que ça.»

Mme Robitaille et des acteurs du milieu communautaire ont demandé à Québec d’investir massivement sur le territoire.

Ils espèrent entre autres que le gouvernement s’engagera à faire débloquer des projets qui permettraient de répondre aux problématiques de santé et de sécurité dans le secteur, comme un nouveau point de service du CIUSSS dans le secteur nord-est et une hausse du nombre de travailleurs de rue pour prévenir les affrontements violents.

«Ça demande des investissements musclés. Ça demanderait environ 500 000$ de plus par année pour mettre sur pied le programme de travailleurs de rue», explique Mme Robitaille.

Questionnée à savoir si d’autres annonce pour le quartier étaient à prévoir, la ministre Rouleau est restée évasive. «Il y a tout un travail qui se fait pour se concentrer réellement sur Montréal-Nord. La concertation qui se fait à l’heure actuelle entre différents élus locaux […] se fait pour traiter différents enjeux et de voir comment à travers nos différentes strates gouvernementales on peut aller chercher des ressources pour Montréal-Nord», a-t-elle répondu.

La mairesse Christine Black avait elle-même soumis une liste de 22 projets prêts à être financés pour venir en aide au secteur. Le document n’avait toutefois pas fait l’unanimité chez les organismes.

Articles similaires