Montréal-Nord

Paule Robitaille ne sollicitera pas de second mandat

Paule Robitaille
Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé. Photo: Olivier Faucher/Métro

La députée libérale de Bourassa-Sauvé, Paule Robitaille, ne briguera pas de deuxième mandat aux élections provinciales du 3 octobre. L’ex-journaliste entend faire une différence d’une autre façon que par la politique, tout en gardant un pied dans Montréal-Nord.

«J’ai pris ma décision dans les dernières semaines. J’ai vraiment tergiversé», a confié l’élue libérale en entrevue téléphonique à Métro, quelques heures après avoir annoncé sur ses réseaux sociaux qu’elle ne serait pas candidate.

Elle affirme avoir «toujours voulu se représenter» mais que son travail de terrain pendant son mandat à Montréal-Nord l’a amenée à réfléchir à comment elle pourrait avoir un impact autrement. Puis, la guerre Ukraine a été un tournant. «C’est mon ancienne vie», a souligné celle qui a couvert la chute de l’Empire soviétique dans les années 1990.

J’ai vraiment tout donné dans Montréal-Nord. La pandémie, ça m’a vraiment transformée. J’aime le travail de terrain et le travail de proximité. […] Ça m’a amenée à réfléchir à comment je pourrais avoir encore plus d’impact auprès des gens, un individu à la fois.

Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé.

Devoir accompli

La députée aura l’occasion de retourner en Ukraine pendant une semaine, à partir du 16 mai, avec l’ONG International Partnership for Human Rights, pour une première mission depuis le début de la guerre.

Elle n’a toutefois pas voulu s’avancer sur les occasions qui s’offriraient à elle après son mandat, à partir du mois d’octobre.

L’ancienne correspondante à l’étranger dit partir avoir le sentiment du devoir accompli. «J’ai contribué à changer le narratif, l’image que le monde se fait de Montréal-Nord. J’ai l’impression que j’ai fait une différence. On a investi en santé mentale, pour les jeunes», a-t-elle dit.

Dire adieu à son siège ne signifie pas dire adieu à Montréal-Nord, où elle a l’intention de continuer à s’impliquer au-delà du 3 octobre, notamment en mettant en lumière les destins des gens du quartier.

Les départs se multiplient

La députée de Bourassa-Sauvé s’ajoute à plusieurs élus libéraux qui ont annoncé leur départ dans les dernières semaines, dont les ex-ministres Hélène David et Christine Saint-Pierre.

Diplômée en droit, Mme Robitaille a fait le saut en politique en 2018 avec le Parti libéral du Québec de Philippe Couillard. Elle siège depuis dans l’opposition, pour la circonscription de Bourassa-Sauvé, à Montréal-Nord, auparavant représentée par l’ex-ministre Rita De Santis.

Elle ne ferme pas la porte à revenir en politique plus tard dans sa vie. «Je ne ferme la porte à rien», a-t-elle laissé tomber.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Montréal-Nord.

Articles récents du même sujet