Local
11:22 3 juillet 2020 | mise à jour le: 3 juillet 2020 à 11:22 temps de lecture: 3 minutes

Un quart de siècle pour l’épicerie Prette

Un quart de siècle pour l’épicerie Prette
Photo: François Lemieux/Cités NouvellesMalgré certains ajustements pour se conformer aux nouvelles règles sanitaires, Alain Abi-Nader avance que la période de confinement a eu un effet positif sur ses ventes

Située dans le Village de Pointe-Claire, l’épicerie Prette célèbre ses 25 ans. Unique en son genre dans l’Ouest-de-l’Île, le commerce est devenu une destination où l’on retrouve quelque 1200 variétés de bières de microbrasserie locales et bientôt d’autres produits du terroir.

C’est le 10 mars 1995 que voyait le jour l’épicerie Prette à l’intersection du chemin Bord-du-Lac et de l’avenue Cartier. «Après 25 ans, on est là pour rester. Je ne m’en vais nulle part», s’exclame le propriétaire Alain Abi-Nader.

À l’origine un dépanneur conventionnel, l’épicerie a commencé à se spécialiser dans la vente de bières locales après quelques années. «J’ai regardé vers où allait le marché et j’ai trouvé que c’était le bon temps pour faire un changement avec des produits intéressants, locaux, québécois. C’est une industrie qui est en expansion incroyable en ce moment», indique le résident de Pierrefonds.

En plus de bières, l’épicerie offre d’autres alcools québécois dont la production n’est pas assez importante pour être distribuée à la SAQ.

«En ce moment, j’ai des vins de Coteau-du-Lac, de Dunham, des cidres d’Hemmingford et d’un peu partout. J’aimerais commencer à vendre des fromages, des choses comme ça. J’ai même une ferme bovine qui m’amène des saucisses de Saint-Chrysostome, sur la Rive-Sud. Le potentiel est très gros», précise-t-il.

Secteur touristique
Le fait d’être situé en plein milieu du Village de Pointe-Claire est avantageux, car c’est un secteur passant et touristique. Les clients affluent d’un peu partout dans la région métropolitaine et même de l’extérieur de la province.

«Grâce à Facebook et Instagram, le monde vient de Lachine, LaSalle, Île-Perrot, etc. J’essaie d’aller chercher des Ontariens aussi. Les gens de Toronto lors du temps des fêtes, c’est énorme. Éventuellement, j’aimerais annoncer aux Américains. Les gens du Vermont font beaucoup de tourisme brassicole», souligne Alain Abi-Nader.

La vente de cidres et de vins locaux est toutefois difficile dans l’Ouest-de-l’Île. «Il faut faire beaucoup d’éducation, plusieurs ne connaissent pas ces produits. On ne peut trouver ces vins dans les restaurants de l’Ouest-de-l’Île parce qu’ils ne sont pas disponibles. Mais c’est le <@Ri>fun<@$p> parce que nous, on est là pour faire découvrir ces choses», explique-t-il.

Contrairement à d’autres commerces, l’épicerie Prette a profité de circonstances favorables lors de la période de confinement.

«Le monde avait le temps de rester à la maison. Pour se désennuyer, ils pouvaient prendre une bonne petite bière sur le patio. Ça a même représenté un gros plus parce que le monde a eu le temps de découvrir, de déguster», soutient-il.

Le commerce vend aussi des plats préparés sur place, notamment des shish-taouks et des sandwiches.

L’épicerie Prette, une affaire de famille

Alain Abi-Nader a ouvert l’Épicerie Prette avec son père Antoine et son frère, Eddy, le 10 mars 1995. Afin de célébrer leur quart de siècle, les propriétaires ont fait brasser une lager noire à la framboise et au café par la microbrasserie Mille-Îles de Terrebonne.

Articles similaires