Ouest-de-l’Île

Entre terre et eau, L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève

Vivre Ici CN
Un cycliste sur un sentier du Parc-Bois-de-liesse. Photo: Métro Média-Chantal Lecours

Reliée par un seul et unique pont à l’île de Montréal, l’île Bizard est une grande île du nord-ouest de l’agglomération située en face du secteur Sainte-Geneviève, et rattachée à l’arrondissement montréalais de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève depuis le 1er janvier 2006.

Deux cours d’eau utilisés pour la navigation de plaisance bordent l’arrondissement, soit le lac des Deux Montagnes et la rivière des Prairies. Ceux-ci ceinturent l’île Bizard, et constituent une délimitation naturelle aux deux secteurs de l’arrondissement. Le cadre de vie paisible, les espaces verts, les nombreux bâtiments patrimoniaux, la salle de spectacle et le cégep sont de puissants attraits pour les nouveaux venus à L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève, principalement des familles avec enfants. Il est possible de faire une halte gourmande au Verger Pépinière Bord-du-Lac de la ferme Bord-du-Lac, une entreprise familiale spécialisée dans la production et dans la vente d’arbres et d’arbustes fruitiers. Les agriculteurs montrent des arbres fruitiers matures pour faire goûter leurs fruits afin que le client puisse choisir la variété dont le goût lui plaît le plus.

Le verger Pépinière Bord-du-Lac. Crédits: Métro Média-Chantal Lecours.

Il faut dire que l’île Bizard dispose d’un héritage agricole, notamment le long des rives du lac des Deux-Montagnes et de la rivière des Prairies, lesquelles présentent de grandes plaines inondables occupées par des érablières argentées. On observe aussi tout autour une alternance de champs cultivés et de zones en friche. Parallèlement, l’arrondissement rassemble une grande concentration de bâtiments patrimoniaux, notamment l’église Saint-Raphaël et son presbytère. Réputé pour ses quartiers résidentiels accueillant des condos et des maisons, dont certaines sont de grande taille et très luxueuses, la majeure partie du territoire de l’île Bizard est surtout composée d’espaces verts.

Les amateurs d’animaux auront peut-être la chance d’y croiser l’une des différentes espèces animales présentes, dont le cerf de Virginie, et mieux vaut garder les yeux en l’air pour observer les rapaces, et des espèces d’oiseaux qui se font de plus en plus rares dans la région de Montréal, comme le goglu, la sturnelle des prés et le merle bleu. Le territoire de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève rassemble à lui tout seul pas moins de trois terrains de golf (dont le Club de golf Royal Montréal, le plus ancien d’Amérique du Nord) et deux parcs-nature (le parc-nature du Bois-de-L’Île-Bizard et une partie du parc-nature du Cap-Saint-Jacques). Ce dernier, en forme d’étoile et riche d’une grande diversité d’écosystèmes, s’étend sur une superficie de 291 hectares. Il renferme une érablière à hêtres, une cédrière et un marécage où il est possible d’apercevoir castors, tortues et canards. Sur le parcours, qui peut s’effectuer à pied ou à vélo, un belvédère offre une vue sur le lac des Deux Montagnes.

La paroisse de Sainte-Geneviève

Visible au loin avec ses deux clochers, l’église catholique romaine Sainte-Geneviève de Montréal est située dans l’ancien village de Sainte-Geneviève, et administrée par le Diocèse de Montréal dans la paroisse de Sainte-Geneviève de Pierrefonds. La façade de l’édifice, qui renferme une petite crypte, a été achevée en pierre et plafonnée par deux flèches d’argent, et l’intérieur épuré marie le blanc et le doré.

L’intérieur de la paroisse de Sainte-Geneviève. Crédits: Métro Média-Chantal Lecours.

Le Club de golf Royal Montréal à L’Île-Bizard

Situé sur l’île Bizard, le Club de golf Royal Montréal est un immanquable pour les adeptes de ce sport, car il n’est autre que le plus ancien club de golf en Amérique du Nord, inauguré en 1873. Avec trois parcours distincts répartis sur 600 acres, le Royal Montréal offre une expérience de golf sans pareille au Québec et ses 45 trous sont une source de fierté nationale. Un certain Tiger Woods a même joué le parcours bleu dans le cadre de l’Omnium canadien de 1997, ratant sa première coupe en tant que professionnel, par un seul coup. Le champion américain s’est bien rattrapé depuis.

Ce texte a été rédigé dans le cadre de la série Vivre Ici. Ce dossier estival produit par Métro Média présente des lieux d’intérêt situés aux quatre coins de la métropole. L’objectif : faire découvrir aux Montréalais et Montréalaises les endroits où il fait bon s’activer, se promener et se détendre.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de l’Ouest-de-l’île.

Articles récents du même sujet