Ouest-de-l'Île
12:50 4 février 2015 | mise à jour le: 9 février 2015 à 16:07 temps de lecture: 3 minutes

Directrice d’arrondissement: une nomination qui fait encore des remous à L’Île-Bizard

Directrice d’arrondissement: une nomination qui fait encore des remous à L’Île-Bizard
Photo: Archives / TC Media

La séance publique du conseil de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève du 2 février a pris des allures de joute oratoire entre le maire Normand Marinacci et le conseiller de l’opposition, Éric Dugas. Le débat agité a entre autres porté sur le dossier connu de la nomination critiquée de Nancy Bergeron à titre de directrice d’arrondissement par intérim.

En janvier, M. Marinnacci a fait parvenir une lettre au maire de Montréal, Denis Coderre, pour expliquer la position de l’arrondissement dans ce dossier. Il s’est également procuré une opinion juridique sur le comblement du poste de directeur d’arrondissement.

«L’avis juridique sera payé par qui?», a demandé le conseiller Éric Dugas.

«Vous avez du culot, M. Dugas! Savez-vous l’argent qu’on a sauvé? Il n’y a pas eu de remplacement de l’ancienne directrice d’arrondissement, Claire Vassart, après son départ, tant qu’elle a été sur notre liste de paye. Et aujourd’hui, Mme Bergeron occupe les fonctions de directrice des services administratifs et de conseillère en ressources humaines, en plus du poste de directrice d’arrondissement», a répliqué le maire.

Ces derniers se sont affrontés sans relâche pendant plus de 15 minutes à ce sujet.
À certains moments, le débat était agrémenté d’applaudissements et de huées de résidents présents dans la petite salle du conseil située dans la Maison Joseph-Adéodat-Chauret, à Sainte-Geneviève.

Avis juridique
Rapelons qu’en octobre, le bureau du directeur général de la Ville de Montréal avait demandé au maire Marinacci de ne pas procéder à la nomination de Nancy Bergeron comme directrice d’arrondissement. Dans l’envoi courriel, on précisait que Mme Bergeron n’avait pas réussi les examens de qualification nécessaires pour être nommée cadre.

Pour M. Marinacci, Nancy Bergeron possède l’expérience nécessaire pour occuper ce poste et cette nomination relève de sa juridiction. Comme la Ville de Montréal et l’arrondissement de L’Île-Bizard ne s’entendent pas sur le comblement de ce poste, le maire s’est procuré un avis juridique.

Mentalité centralisatrice
En janvier, à la suite de la réception de l’avis juridique, le service des ressources humaines de la Ville de Montréal a fait parvenir une lettre à Normand Marinacci lui demandant de confirmer s’il entend collaborer aux démarches pour combler le poste de directeur d’arrondissement qui a été affiché par la Ville de Montréal à la mi-décembre. Dans la missive, on reproche au maire d’avoir nommé sa candidate sans la recommandation du comité de sélection qui doit inclure le directeur général de la Ville.

«Comptez-vous collaborer dans le processus d’affichage qui existe présentement?», a demandé M. Dugas.

«C’est un affichage illégal. Je vais me battre pour garder les pouvoirs que j’ai. Montréal essaye de réduire à néant les arrondissements. C’est une mentalité centralisatrice qui nous prive de nos pouvoirs», a lancé M. Marinacci élu sous la bannière du parti de Mélany Joly – Le Vrai changement.

«À vous entendre, il n’y a rien de bon à Montréal?», a rétorqué le conseiller Dugas élu sous le parti Équipe Richard Bélanger, du nom de l’ancien maire de L’Île-Bizard.
Le maire a ajouté que le poste sera comblé pour une durée inférieure à 12 mois et que l’arrondissement procédera à un affichage un peu avant octobre prochain.