Rosemont
17:05 31 août 2016 | mise à jour le: 31 août 2016 à 18:53 temps de lecture: 3 minutes

La place Boyer ne verra pas le jour à temps

La place Boyer ne verra pas le jour à temps
Photo: Emmanuel Delacour/TC MediaL'espace de stationnement situé au coin de Boyer et Beaubien que l'on prévoit transformer en place publique verdie, ne sera pas livré avant 2019.

Le projet de la place Boyer, cet espace public vert qui était prévu pour les célébrations du 375e anniversaire de Montréal, ne pourra pas voir le jour à la date prévue.

Concernée par les travaux qui auront lieu sur la rue St-Hubert en 2018, sur la rue Christophe-Colomb en 2020, et ultérieurement sur Beaubien, l’administration Coderre dit s’inquiéter du nombre de places de stationnement offert aux citoyens.

«La place Boyer, qui nécessite le retrait de 23 places de stationnements à proximité d’une artère commerciale, qui sera en chantier en 2018-2019, sera donc réalisée suite à ces travaux afin de minimiser l’impact sur les commerçants», affirme par courriel Marc-André Gosselin, attaché de presse au cabinet du maire de Montréal.

Le terrain situé à l’angle des rues Beaubien et Boyer appartient pour l’instant à la société en commandite Stationnement de Montréal. Pour donner le premier coup de pelle au projet, il ne resterait plus qu’à transférer la propriété aux mains de l’arrondissement.

«Il s’agit presque d’une formalité. Le dossier est déjà monté et le financement de 1 M$ a été accordé par la ville centre», affirme Francis Côté, directeur du cabinet du maire François Croteau à l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie.

Le conseiller de Projet Montréal, François Limoges, s’est dit «sidéré» à la nouvelle de cette date de livraison repoussée.

«C’est un projet d’arrondissement, ils n’ont pas l’autorité de faire cela. Les citoyens nous ont donné depuis longtemps leur accord», clame-t-il.

M. Côté et M. Limoges affirment tous deux que le transfert de propriété prévu il y a deux semaines lors d’une séance du comité exécutif de Montréal a été retiré de l’ordre du jour, sans explications.

«Depuis ce retrait, nous avons demandé des nouvelles à la Ville, mais nous n’avons eu aucun retour d’appel à ce sujet. On a remarqué aussi plusieurs embûches récemment au sujet du projet. Nous croyons que l’administration Coderre a décidé de politiser ses décisions dans ce dossier», souligne M. Limoges.

En effet, celui-ci s’étonne que la Ville ait demandé à l’administration de l’arrondissement d’obtenir un avis favorable de la part de la Société de développement commercial (SDC) de la Plaza St-Hubert concernant la réaffectation de l’espace de stationnement, ce que le conseiller de Saint-Édouard qualifie de «très inusuel».

«Le 24 février 2015, le conseil municipal de Montréal a adopté à l’unanimité les budgets pour les legs du 375e dans les arrondissements (auxquels appartient le projet de la place Boyer). Puis en avril 2015, ce fut au tour du comité exécutif de donner son aval. […] Finalement, nous avons obtenu l’avis favorable de la SDC. Pourtant, il y a encore un blocage», se désole M. Limoges, qui rappelle que 2017, année du 375e anniversaire de Montréal, approche à grands pas.

«L’ampleur de ces travaux nécessitent une bonne coordination avec les citoyens et les commerçant pour minimiser l’impact sur la mobilité d’une part et sur l’offre de stationnement. D’autre part, la ville de Montréal souhaite donc harmoniser la séquence des travaux afin de minimiser les inconvénients pour les citoyens et la vitalité commerciale», a communiqué Marc-André Gosselin.