Rosemont

Rénover une école à pleine capacité : le casse-tête de la CSDM

Rénover une école à pleine capacité : le casse-tête de la CSDM
Photo: ArchivesLe pavillon Marie-Rollet de l’École Rosemont connaît un taux d’occupation de 158 %.

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) envisage de moderniser une de ses écoles le plus surpeuplées de Rosemont – La Petite-Patrie, un chantier qui promet d’être un véritable casse-tête pour l’administration.

« Il s’agit d’une rénovation majeure, dans laquelle il y aura beaucoup de travaux intérieurs. Entre autres, on a l’intention de refaire tout le fini, le plâtre, les murs », souligne Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.

La commission scolaire a lancé un appel d’offres à la mi-novembre pour des services d’architecte afin d’évaluer l’étendue des travaux nécessaires à l’édifice Marie-Rollet, un des deux pavillons de l’École Rosemont, situé au 6405, 30e Avenue.

Selon la présidente, la cohabitation des élèves et du chantier serait difficile, et il faudra relocaliser ceux-ci dans un autre immeuble.

En effet, L’école primaire est l’une des plus surpeuplées de l’arrondissement. Selon les chiffres rapportés par Mme Harel Bourdon, le taux d’occupation y serait de 158 % dans cet immeuble édifié en 1954, ce qui complexifie le dossier.

« Si on fait une chose à la fois, les fenêtres, le plâtre, la peinture, etc., on en a pour sept ou huit ans. Les vacances d’été ne sont pas assez longues pour tout faire, c’est pourquoi on veut trouver un lieu transitoire, afin d’exécuter les travaux en deux ans », explique Mme Harel Bourdon.

Voulant ainsi éviter que les élèves ne vivent dans des travaux tout le long de leur parcours scolaire, cette dernière croit que la CSDM pourrait envisager de les déménager dans un de ses bâtiments vides, comme l’ancien centre de loisirs Alphonse-Desjardins. La commission scolaire s’est réapproprié l’édifice situé au 6755, 36e Avenue, en janvier dernier.

Cependant, cet édifice aussi demande une importante remise à jour avant d’accueillir des enfants entre ses murs. « Il faudra donc voir si on pourra s’en servir d’ici un ou deux ans », affirme la présidente de la CSDM.

Lors d’une visite à Marie-Rollet en mai 2018, Métro Média constatait que les espaces étaient utilisés au maximum de leur capacité.

Les rayons de la bibliothèque trônent sur l’estrade du gymnase, car celle-ci sert de salle de classe pour accueillir les élèves.

Par ailleurs, depuis l’été 2018, des unités préfabriquées ont été construites sur le terrain de Marie-Rollet, pour loger les élèves du pavillon Saint-Jean-Vianney.