Rosemont
10:35 27 juillet 2020 | mise à jour le: 27 juillet 2020 à 12:14 temps de lecture: 4 minutes

Des rosepatriens défendent le REV sur la rue de Bellechasse

Des rosepatriens défendent le REV sur la rue de Bellechasse
Photo: Archives Métro MédiaPlusieurs résidents du quartier défendent l’aménagement du REV sur la rue de Bellechasse.

Alors qu’une pétition circule contre les aménagements du Réseau express vélo (REV) sur la rue de Bellechasse, plusieurs résidents de Rosemont-La Petite-Patrie se disent très satisfaits de la nouvelle voie cyclable.

Pierre Rogué, fondateur de l’Association pour la mobilité active de Rosemont–La Petite-Patrie (AMARPP), a participé à toutes les consultations au sujet du REV sur de Bellechasse depuis 2018. Favorable au projet depuis le début, il se réjouit de le voir se concrétiser.

Selon lui, la pétition qui s’oppose au retrait des stationnements sur cet axe n’est pas représentative de ce que pensent les résidents du quartier et les usagers.

«Surtout, je pense qu’elle induit les gens en erreur. La façon de présenter la situation laisse penser que tous les stationnements vont être retirés sur de Bellechasse, alors que c’est complètement faux», explique M. Rogué.

En effet, les stationnements qui seront retirés par la Ville prochainement correspondent à certains tronçons de la rue répartis sur 6 km. Selon lui, parmi les 500 membres de l’AMARPP, beaucoup sont satisfaits de cette transformation de la rue Bellechasse.

Une piste cyclable sécuritaire

Plusieurs résidents de Rosemont-La Petite-Patrie se réjouissent en effet de l’aménagement du REV sur la rue de Bellechasse. Malgré la perte de stationnements, ils y voient plus d’avantages que d’inconvénients.

«J’ai deux jeunes enfants et je suis très heureuse parce que la piste cyclable est bien plus sécuritaire. On fait du vélo été comme hiver et avant les petits restaient sur le trottoir. Maintenant on peut se déplacer en famille beaucoup plus facilement», témoigne Joelle Rompré, une citoyenne qui réside proche du nouvel axe du REV.

Pour cette mère de famille possédant une voiture, le retrait des stationnements et le passage à sens unique de la rue ne sont pas si problématiques. À ses yeux, ce sont surtout des habitudes à changer.

«Je fais beaucoup de vélo en ville et c’est la première fois que je me sens vraiment en sécurité. Je peux rouler sans avoir peur de l’emportiérage», raconte Isaac Charbonneau-Beaulieu. Celui-ci utilise la nouvelle piste plusieurs fois par semaine.

Heureux de pouvoir profiter de cette nouvelle offre de transport actif, il n’utilise sa voiture que pour des trajets plus longs. Comme lui, Julien Puget vit proche de la rue de Bellechasse. Il trouve la voie du REV bien plus sécuritaire.

«Avant les vélos circulaient dans un flot continu et chaotique. Depuis que la nouvelle piste cyclable a été aménagée, on a vraiment changé nos habitudes de déplacement. On l’utilise souvent pour aller au Père-Marquette en famille», explique-t-il.

Apaiser les tensions

Conscient des désagréments que ces aménagements pourraient causer en termes d’accessibilité, M. Rogué déplore toutefois que les personnes à mobilité réduite servent souvent d’argument de mauvaise foi aux personnes qui s’opposent au REV.

Afin de répondre à cet enjeu, il est lui-même entré en contact avec l’arrondissement afin de proposer des pistes de solution.

«J’ai par exemple proposé que les personnes à mobilité réduite puissent obtenir des vignettes gratuites. Je suis sûr qu’on peut trouver des solutions tous ensemble», souligne-t-il.

L’hostilité contre la piste de la rue de Bellechasse qui s’est manifestée par des affiches et des panneaux vandalisés n’intimide pas pour autant les usagers qui l’empruntent.

«Je crois que c’est un aménagement qui va dans le sens d’une meilleure offre de transport. La voiture ce n’est pas le futur et il faut qu’on s’adapte au changement», affirme M. Charbonneau-Beaulieu.

Articles similaires