Montréal
17:48 8 décembre 2020 | mise à jour le: 8 décembre 2020 à 17:48 temps de lecture: 2 minutes

Les ventes de sapins de Noël battent des records

Les ventes de sapins de Noël battent des records
Photo: Zoé Magalhaès/MétroAntonino Bono, propriétaire du kiosque le Village du Père Michel

Alors que la pandémie laisse présager d’un Noël moins festif qu’à l’habitude, les marchands de sapins du Marché Jean-Talon connaissent une saison record cette année. La vente des sapins a été à la fois plus rapide et plus importante.

En effet, au mois de novembre, les marchands de sapins du Marché Jean-Talon ont enregistré des ventes plus élevées que les autres années à la même date.

«J’ai vendu presque la moitié de mes arbres juste au mois de novembre, alors que d’habitude j’arrive à la moitié après la première fin de semaine de décembre. On a une semaine ou dix jours d’avance sur nos ventes habituelles», témoigne Éric Filion qui tient son kiosque chaque année au Marché Jean-Talon.

Comme lui, les autres marchands constatent que les clients sont venus acheter leur sapin de Noël plus tôt que les autres années.

«On est à peine début décembre et on a déjà vendu plus de 1500 sapins. Les gens sont venus bien plus tôt cette année pour acheter leur sapin de Noël», souligne Antonino Bono, marchand pour le Village du Père Michel.

M. Bono vend aussi des plantes et des fines herbes au marché le reste de l’année. L’engouement actuel pour les sapins lui rappelle ainsi celui qu’il a connu au printemps quand de nombreux clients sont venus acheter des plantes tôt dans la saison.

Les marchands ne devraient toutefois pas se retrouver en rupture de stock, mais ils auront peut-être moins de choix dans les prochains jours en termes de taille et de variété de sapins.

«On va sûrement manquer de certaines tailles et certaines sortes de sapins dans pas très longtemps», confirme M. Filion.

Les raisons du succès

«On s’y attendait avec la COVID. Les gens sont à la maison et même s’ils ne peuvent pas fêter vraiment, ils veulent faire un sapin de Noël pareil», suppose M. Bono.

Même si les explications sont sûrement multiples, chacun y va de son hypothèse.

«Je pense qu’il y a moins de gens qui vont dans le Sud cet hiver. J’imagine qu’ils achètent pour décorer chez eux et se mettre dans l’ambiance», suggère M. Filion.

Articles similaires