Rosemont

Ballet ludique: danser, chanter et s’amuser

Juliette Lacan fondatrice de Ballet ludique.
Juliette Lacan, professeure de danse et fondatrice de Ballet ludique. Photo: Gracieuseté/Juliette Lacan

Rosemontoise d’adoption, Juliette Lacan a créé Ballet ludique il y a bientôt un an. Sur cette plateforme en ligne, elle propose des cours de danse qui mêlent musique et contes pour enfants.

Passionnée de danse, de musique et de chant depuis l’enfance, Juliette Lacan ne pensait pas en faire un jour sa carrière. Pendant 15 ans, elle pratique la danse classique de manière récréative, avant d’arrêter complètement au début de ses études supérieures.

La danse devient alors pour elle une activité sociale. En parallèle de ses études dans le domaine du commerce, elle s’essaie par exemple au rock ou à la salsa.

C’est en arrivant à Montréal il y a sept ans que la jeune française décide de se consacrer davantage à sa passion.

«Je travaillais en logistique dans le domaine du transport de marchandise et je me suis rendue compte que c’était très éloigné de ma personnalité créative. Et surtout, ça ne me laissait pas assez de temps pour danser et chanter», raconte Mme Lacan.

En 2018, elle se décide à changer de carrière pour devenir professeure de ballet et s’inscrit à l’École supérieure de ballet du Québec.

«J’ai beaucoup appris, notamment sur le développement des enfants et la manière de leur enseigner la danse classique, souligne-t-elle. J’ai aussi pu me créer un réseau et rencontrer des personnes qui ont fortement inspiré mon approche de l’enseignement.»

Jouer et apprendre

Au début de l’année 2020, alors qu’elle donne des cours de ballet dans plusieurs écoles de danse, Mme Lacan lance sa plateforme en ligne Ballet ludique. Son but est de promouvoir une pédagogie basée sur le jeu et adaptée au développement de l’enfant en fonction de son âge.

«Pour les tout-petits, de 3 à 6 ans, le but est surtout de développer la motricité avec des activités d’éveil au mouvement. Ensuite, plus on grandit, plus on peut se tourner vers la technique, mais je garde toujours une approche ludique, même avec les plus grands», explique-t-elle.

La professeure cherche ainsi à dépoussiérer l’image stricte et froide que certaines personnes ont encore du ballet. Dans ses cours, elle veut permettre aux enfants d’exprimer leur personnalité et d’apprendre à bouger en s’amusant.

«Je travaille aussi sur le rythme à travers de petits exercices, ajoute Mme Lacan. Avec les plus jeunes, ça peut se faire grâce à des comptines par exemple, en chantant et en se balançant.»

Raconter

En plus des comptines, elle a aussi recours à des contes qu’elle adapte parfois sous forme de chansons. Elle apporte ainsi une dimension narrative dont elle se sert comme d’un outil pédagogique.

«C’est utile pour garder l’attention des enfants, mais je me sers aussi des personnages pour introduire certaines techniques et certains mouvements. Par exemple, dans le conte musical du Pingouin voyageur, on rencontre des sirènes et des mouettes. C’est l’occasion de faire des jeux de pied rapides ou des mouvements lents avec les bras», illustre Mme Lacan.

Le site de Ballet ludique propose ainsi des podcasts permettant d’écouter des contes. Ils seront ensuite réutilisés dans les cours.

«On est pas obligé de danser pour s’améliorer, visualiser le mouvement des personnages est aussi un bon moyen de progresser. En imaginant un personnage qui rampe, qui sautille ou qui vole, l’enfant peut se projeter lui-même dans ces mouvements», indique la professeure.

Articles récents du même sujet