Rosemont
11:51 5 mai 2021 | mise à jour le: 5 mai 2021 à 11:52 Temps de lecture: 3 minutes

PME MTL Centre-Est: bilan d’une année exceptionnelle

PME MTL Centre-Est: bilan d’une année exceptionnelle
Photo: Zoé Magalhaès / Métro MédiaLes commerces locaux et de l’alimentation tirent leur épingle du jeu.

Durant la pandémie, PME MTL Centre-Est, le réseau de soutien aux entreprises du centre-est de la Ville de Montréal, a été sur le front pour soutenir les PME. Sa principale mission en 2020? Gérer et distribuer les 30 M$ en subventions versées par le provincial, le fédéral et la Ville.

Au total, 820 entreprises ont été aidées l’année dernière dans le centre-est de Montréal, un territoire qui englobe les arrondissements de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Rosemont-La Petite-Patrie et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension.

«Le volume était tellement important qu’on s’est concentré sur les prêts d’urgences. Mais on a quand même fait 35 séances d’ateliers sur le démarrage d’entreprises», ajoute Jean-François Lalonde, directeur général de PME MTL Centre-Est.

Spécialisé dans l’accompagnement des entreprises en démarrage et dans la croissance de celles déjà existantes, l’organisme a réduit ses accompagnements pour s’occuper de la gestion des différentes aides d’urgences octroyées par les services publics. Les Fonds d’aide et de relance régionale (FARR) du gouvernement fédéral a ainsi attribué 6 millions à 170 entreprises du centre-est éprouvant des besoins immédiats en matière de liquidités. De plus, 472 entreprises ont bénéficié du prêt d’aide d’urgence aux PME de Québec. Enfin, 121 entrepreneurs ont reçu des subventions de la ville de Montréal.

11M$- C’est le chiffre des retombées économiques suite aux aides publiques accordées aux entreprises du Centre-Est de Montréal

Commerce local

Les bars et les restaurants, ainsi que les entreprises de l’hébergement, de l’industrie culturelle et du service à la personne sont les plus touchés par le confinement. Il faut aussi compter tout le secteur de l’évènementiel et des activités sportives en intérieur. Les gens d’affaires de ces domaines sont ceux qui ont le plus besoin d’aide.

Néanmoins, de nombreuses entreprises profitent de «l’effet pandémie.» Tous les commerces qui touchent à l’alimentation, comme les épiceries et les commerces de bouches ont connu une hausse de leurs chiffres d’affaires. «Tous les commerces dans le bio et l’agroalimentaire s’en sortent bien. Ce sont des secteurs qui même avant la pandémie étaient en croissance. Avec la pandémie, on peut penser qu’il y a eu un positionnement favorable», dit Jean-François Lalonde.

Autre effet de la pandémie, les citoyens se tournent de plus en plus vers le commerce local et les produits québécois. «Il y a eu beaucoup d’incitation à acheter local, ça a marché. Le phénomène d’achat local bénéficie d’un positionnement fort», ajoute le directeur général de PME MTL Centre-Est. Il observe ainsi une revitalisation des artères commerciales du centre-est de l’île, notamment Masson et Saint-Hubert dans Rosemont – La Petite-Patrie, mais aussi Saint-Laurent dans la Petite-Italie, Ontario dans Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et Jarry dans Villeray.

La pandémie a également fait émerger de nouveaux besoins de la part des entrepreneurs. «Les petites entreprises ont vraiment besoin d’être accompagnées dans la transformation numérique pour passer au commerce en ligne. Elles cherchent de plus en plus de l’expérience client et du marketing, d’offrir quelque chose de différent à la clientèle. Pis au-delà des subventions, elles vont surtout avoir besoin de clients. Il faut que les gens puissent travailler», conclut Jean-François Lalonde.

Articles similaires