Saint-Laurent

Nouvelle usine pour Emballages Mitchel-Lincoln à Saint-Laurent

Nouvelle usine pour Emballages Mitchel-Lincoln à Saint-Laurent
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News – Laurent LavoieUne boîte peut être recyclée de sept à neuf fois avant d’avoir besoin de nouvelles fibres pour être de nouveau utilisée.

L’entreprise spécialisée dans la production de carton ondulé, Emballages Mitchel-Lincoln, a inauguré une nouvelle usine sur l’ancien site du magasin Sears, à l’angle des boulevards Côte-Vertu et Cavendish.

L’entreprise familiale, basée dans l’arrondissement Saint-Laurent depuis 1965, dispose de cinq usines à travers la province, dont trois à Saint-Laurent et deux autres à Drummondville et Vaudreuil. Mitchel-Lincoln est également partenaire avec Atlantic Packaging, située à Toronto, un fabricant de papier et de carton.

Le nouveau lieu de production, qui est toujours en cours d’installation, s’étend sur 90 000 m2.

Environ 120 employés y travaillent actuellement, pour un total de 600 à Saint-Laurent.

Le regroupement de l’usine et de l’entrepôt, qui étaient dans des bâtiments distincts, permettra une meilleure efficacité du service de distribution.

«C’est simplement une question de logistique», souligne le président Jimmy Garfinkel.

En plus d’un important ménage pour ramasser ce qui avait été laissé par les précédents propriétaires, un agrandissement du bâtiment initial a été nécessaire. Le tout s’est amorcé à la fin du mois d’avril.

Produits

  • Boîtes à pizza
  • Caisses de bières
  • Emballage carton de yogourt

Part

Mitchel-Lincoln détient présentement plus 30% des parts de marché québécois de production de carton. «C’est très respectable pour une compagnie familiale. On en est fier», souligne le vice-président ventes et marketing, Mike Goriani.

Le Québec, l’Ontario et le nord de la Nouvelle-Angleterre sont les principaux secteurs couverts.

Il n’est pas question d’étendre ce territoire de distribution pour l’instant, indique M. Garfinkel. «Ça devient trop cher et on devient trop proche d’endroits comme Toronto où il y a des usines [qui offrent les mêmes services que nous], explique-t-il. Le transport tuerait aussi nos prix de livraison.»

L’entreprise a agrandi le bâtiment original.

Consommation

Dans le but de réduire sa pollution, le moulin de Atlantic Packaging à Toronto réutilise le gaz méthane produit par la formation du papier. «On prend ce gaz, on le ramène dans notre système et on s’en sert pour chauffer l’édifice», fait savoir M. Goriani.

Cela réduirait leur consommation de gaz naturel de 15% à 20%.

Certains bâtiments de l’entreprise ont des panneaux solaires situés à l’extérieur. L’énergie emmagasinée alimente le chauffage et l’air conditionné. Dépendamment des règlements de zonage, les gestionnaires pourraient en ajouter sur la nouvelle usine.