Saint-Laurent

Les dessous d’une usine de masques montréalaise

Le chef des opérations de Medicom, Guillaume Laverdure dans l'usine de masques de Saint-Laurent.
Photo: Olivier Boivin

Alors que la demande pour les masques N95 est plus forte que jamais, l’entreprise québécoise Medicom compte augmenter sa cadence de production. Incursion dans son usine de l’arrondissement de Saint-Laurent.

L’entreprise québécoise qui produit des masques dans son usine de la rue Stinson depuis juillet 2020 compte doubler sa production de masques N95. Celle-ci passera à 11 millions d’unités par mois.

Pour ce faire, deux nouvelles machines de production ont été installées, portant le total à sept. Même si les masques N95 n’ont pas été recommandés dans les écoles par le gouvernement, la demande auprès de ce fournisseur est en forte augmentation.

Avec le variant Omicron, c’est le N95 qui protège le mieux. Donc les protocoles changent dans les entreprises, ce qui fait en sorte qu’ils sont plus en demande chez nous.

Guillaume Laverdure, chef de l’exploitation

L’usine de Medicom produit trois types de masques, soit les N95, les masques de procédure et les masques pédiatriques. La production est automatisée, mais des employés veillent tout de même à la mise en boîte et au contrôle de la qualité.

Ce sont donc 40 nouvelles personnes qui devront être engagées et formées par l’entreprise afin d’augmenter sa production. Ses locaux de Saint-Laurent en compteront alors plus de 200.

Fabrication

Trois types de machines sont utilisées pour produire les masques, soit une pour chaque type. Lors de la production de masques N95, trois couches de tissu sont d’abord déroulées, assemblées et soudées à leurs extrémités.

Le tissus des masques N95 est cousu avant que les masques soient découpés
Le tissus des masques N95 est découlé puis cousu avant que les masques soient coupés

Les masques sont alors coupés et les numéros d’homologation et de référence sont ensuite imprimés sur chacun d’entre eux. Un élastique est ensuite ajouté.

Une caméra de contrôle de la qualité s’assure alors que les masques sont conformes aux exigences du National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) et du Canadian Standard Association (CSA).

Les masques sont coupés avant de passer le contrôle de qualité
Les masques sont coupés avant de passer le contrôle de qualité.

Pour les N95, le contrôle qualité est très strict pour garantir l’étanchéité du respirateur et sa filtrabilité. Ça passe par un certain nombre de contrôles en chaîne de montage en termes de mesures et de résistance de l’élastique et en laboratoire, notamment pour la filtration.

Guillaume Laverdure, chef de l’exploitation

Une fois que les masques sont assemblés, ils sont mis en boîte par un employé.

La procédure est similaire pour les masques chirurgicaux et pédiatriques, qui sont composés d’un média filtrant entre deux couches de tissu. Ces trois couches sont pliées avant d’être cousues ensemble.

Les élastiques sont ajoutés aux masques de procédure
Les élastiques sont ajoutés aux masques de procédure

Les masques sont alors coupés. L’élastique peut ensuite être attaché aux quatre coins de chaque unité. «Pour les masques de procédure, on contrôle notamment la qualité en projetant du sang synthétique sur les masques», ajoute le chef de l’exploitation.

Un département de recherche et développement ainsi qu’un espace d’entreposage sont également présents dans l’espace d’assemblage de l’usine, laquelle comporte aussi des bureaux.

Avenir

Medicom compte ouvrir sa propre usine de fabrication de média filtrant pour masques chirurgicaux dans un avenir rapproché dans le Grand Montréal.

Son objectif est de contribuer à l’autonomie médicale du Québec. «Avant la pandémie, on était le seul pays du G7 à ne pas avoir d’usine de production de ce média filtrant si important», soutient M. Laverdure.

Même si la pandémie ne sera pas éternelle, Medicom estime que la demande est là pour de bon en ce qui a trait aux équipements de protection individuelle comme les masques.

Les gouvernements vont vouloir garder un stock minimal au cas où une autre pandémie se déclarerait. C’est pour ça que plusieurs de nos ententes sont sur une période de dix ans.

Guillaume Laverdure, chef de l’exploitation

L’usine de Saint-Laurent, qui a été aménagée en trois mois en 2020, risque donc d’être active pendant encore longtemps.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Saint-Laurent.

Articles récents du même sujet