Saint-Laurent

Des débuts prometteurs pour Miko Lapalme

Miko Lapalme
Miko Lapalme Photo: Gracieuseté

Après avoir remporté le championnat canadien U14 de tennis en simple et en double en avril, le Laurentien Miko Lapalme s’apprête à disputer ses premiers tournois internationaux juniors dans l’Ouest canadien cet été. Surdoué à l’école, le tennis représente pour lui un défi motivant et une occasion de se dépasser qu’il ne retrouve pas sur le plan scolaire.

Malgré plusieurs embûches, dont la pandémie ainsi qu’une blessure mineure au mollet, Miko Lapalme a remporté le championnat canadien U14 qui se déroulait à Calgary début avril en simple ainsi qu’en double avec son partenaire de jeu Benjamin Azar.

Bien qu’il ait déjà remporté le championnat québécois à plusieurs reprises au fil de son parcours, il s’agissait de son premier gain au niveau national.

Cette victoire représente pour lui une preuve que ses efforts des dernières années commencent à payer, mais le jeune athlète ne tient rien pour acquis pour la suite des choses.

«Ce n’est qu’un début pour moi, explique-t-il. Il y a plusieurs joueurs qui ont gagné le championnat canadien, mais qui n’ont pas joué au niveau professionnel. Je vais tout faire pour ne pas entrer dans ce groupe.»

Surdoué

C’est dès l’âge de deux ans que Miko Lapalme commence à s’intéresser au tennis alors que ses parents regardent des parties à la télé. Ces derniers l’inscrivent d’abord au badminton, puis au tennis à l’âge de quatre ans.

Depuis, il ne peut plus s’en passer. Ce sport représente pour lui un défi et une motivation qu’il ne retrouve pas à l’école, étant donné qu’il possède une facilité hors norme à bien performer dans ses cours.

Miko Lapalme est notamment passé directement de la quatrième à la sixième année du primaire, ce qui fait en sorte qu’il est en troisième secondaire malgré son âge.

Il a aussi terminé cette année ses mathématiques de quatrième secondaire, le tout avec l’une des trois meilleures moyennes de son niveau et en manquant bon nombre de journées d’école pour pratiquer son sport.

«Même en sautant une année, s’il n’avait pas le tennis, il lui manquerait quelque chose, estime sa mère, Karine Leroux. Le tennis lui permet d’avoir un défi dans lequel il peut compétitionner et se dépasser continuellement.»

C’est d’ailleurs ce qu’il préfère. «M’améliorer constamment, et également arriver à remporter des matchs, c’est ce que j’aime le plus dans ce sport», mentionne-t-il.

Pour cette raison, la pause forcée de tennis liée à la pandémie a été difficile pendant un certain moment pour le jeune joueur. C’est quand ses parents l’ont amené à planifier son parcours à long terme que les choses se sont replacées.

«On a regardé la perspective de viser l’Université Stanford, qui possède un fort programme de tennis et une excellente réputation académique, continue sa mère. Ça lui a donné un défi à long terme et la motivation est revenue. Maintenant que les tournois ont repris, ça suffit pour le motiver.»

Prochaines étapes

Les prochains défis qui attendent Miko Lapalme sont trois tournois juniors de la Fédération internationale de tennis (ITF) auxquels il prendra part cet été dans l’Ouest canadien.

Son objectif à court terme est d’amasser des points pour améliorer son classement ITF, pour éventuellement, à plus long terme, se frayer un chemin vers le niveau professionnel.

«Il faudra éviter les blessures, garder une bonne constance de performance et bien gérer la pression pour y arriver, estime-t-il. Mais, mon objectif, c’est vraiment d’un jour remporter des tournois du Grand Chelem.»

Ses tournois du prochain mois auront lieu à Calgary, Edmonton et Vancouver.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Saint-Laurent.

Articles récents du même sujet