Saint-Léonard

Filomena Rotiroti ne veut pas être chef du PLQ

Filomena Rotiroti ne veut pas être chef du PLQ
Photo: Collaboration spéciale Claude Hurens

Citée parmi les personnalités les plus compétentes pour prendre la tête du Parti Libéral du Québec par l’ancien ministre Robert Poëti, la députée de Jeanne-Mance-Viger, Filomena Rotiroti, a fermé la porte à cette possibilité.

 

Madame Rotiroti s’est dite flattée mais aussi «très surprise» par les commentaires de «son ami» Robert Poëti au micro du 98.5FM, qui était  invité se prononcer sur les personnalités susceptibles de devenir chef du PLQ.

«Elle a des compétences, elle est appréciée, jeune, intelligente, brillante», a mentionné l’ancien ministre des Transports du Québec, ajoutant que madame Rotiroti était «députée et au parti depuis fort longtemps» et qu’elle avait occupé «des fonctions à la permanence, de chef de cabinet, et au niveau du caucus».

«Ça n’a jamais fait partie de mes réflexions», a répondu madame Rotiroti, qui a expliqué plutôt «vouloir aider l’équipe à se reconstruire».

«Je veux que le Parti soit une opposition forte» a détaillé la députée de Jeanne-Mance-Viger, qui insiste sur le fait que cela passera par la constitution «d’une nouvelle équipe». Avec elle à la tête de cette équipe? «Non», répète-t-elle sans l’ombre d’une hésitation.

Dirigé de façon intérimaire par Pierre Arcand, le PLQ ne devrait pas avoir un nouveau chef très rapidement.

«Les règles de désignation ne sont pas encore définies, et des gens de l’extérieur pourraient venir», explique Filomena Rotiroti, alors que plusieurs personnalités politiques comme Dominique Anglade, Chrstine St-Pierre ou Sébastien Proulx sont régulièrement présentées comme des possibles chefs pour le PLQ.

Présidente du caucus de l’opposition officielle, Filomena Rotiroti s’en tient à ce rôle «impartial» et se préserve donc d’avancer ses préférences sur la personnalité la plus pertinente pour endosser le rôle de chef.