Un partenariat entre les Carabins et Antoine-de-Saint-Exupéry

Un partenariat entre les Carabins et Antoine-de-Saint-Exupéry
Photo: Félix Lacerte-GauthierLa coordonnatrice du programme Sport-études à Antoine-de-Saint-Exupéry, Josée Paquet. Derrière-elle, deux athlètes ayant déjà fait la première page du Progrès de Saint-Léonard.

Grâce à une entente avec les Carabins de l’Université de Montréal et le Club de volleyball Celtique, l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry accueillera, dès la prochaine rentrée, un programme de sport-études en volleyball. Le premier sur l’île de Montréal, et le résultat d’un travail de longue haleine.

« Ça fait longtemps que je veux partir ce projet, révèle la coordonnatrice du programme Sport-études à Antoine-de-Saint-Exupéry, Josée Paquet. Ça fait déjà 4 ans que j’ai une lettre d’intention de prête sur mon ordinateur, mais que je n’avais ni les plateaux sportifs ni l’entraîneur pour me lancer. »

De fait, pour obtenir l’approbation du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, les élèves doivent notamment être encadrés par un entraîneur certifié de niveau 3 au Programme national de certification des entraîneurs (PNCE).

« On s’est bâti une solide réputation à travers les années, souligne Mme Paquet. On ne voulait pas qu’elle puisse en souffrir en lançant trop rapidement un projet qui ne reposait pas sur des bases solides. »

De son côté, l’entraîneur-chef de l’équipe de volleyball masculin des Carabins, Ghazi Guidara, qui est également responsable technique des sports de volleyball masculin au Club Celtique cherchait une école partenaire afin de lancer un tel projet, dans l’optique de soutenir le développement des jeunes athlètes. « Il y avait un intérêt mutuel, confirme-t-il. Ça s’inscrit dans notre stratégie de travailler avec les athlètes de plus bas âge et ce sera éventuellement un autre bassin de recrutement pour les années à venir. »

C’est au cours de l’automne dernier, à un atelier que livrait M. Guidara lors d’un événement de la CSPI, que les deux se sont rencontrés et ont pu partager leur vision. « Les astres se sont vraiment alignés pour qu’on puisse partir le programme », s’exclame en riant Mme Paquet.

Un recrutement libre
Pour les débuts, lors de la prochaine rentrée scolaire, Mme Paquet et M. Guidara visent principalement des élèves de secondaire 1 et 2, qui pourront grandir avec le programme. Bien que le dossier académique sera pris en compte, du côté sportif, les candidatures seront plus libres.

À sa première année avec les Carabins, en 2017-2018, Ghazi Guidara a remporté le titre d’entraîneur de l’année dans le RSEQ.
(Photo : James Hajjar | Courtoisie Carabins)

« Il n’y aura pas de système d’entonnoir, explique M. Guidara. C’est leur intérêt pour le volleyball qui prime. On veut que les jeunes commencent à s’y familiariser dès l’âge de 12 ans, alors qu’actuellement, ils commencent souvent plus tardivement à y jouer. Ils vont pouvoir découvrir le sport et s’y développer. »

En vertu de l’entente, les jeunes élèves, comme pour n’importe quel autre programme de sport-études, seront en classe le matin, avant de recevoir un encadrement sportif, comprenant autant des entraînements que de la préparation physique et mentale, en après-midi. Cette partie se déroulera au CEPSUM, où ils seront également encadrés par le personnel des Carabins. En soirée, les élèves compétitionneront au sein du Club de Volleyball Celtique.

Déjà soumis au Ministère, l’entente devra toutefois également être ratifiée par les commissaires de la CSPI le 22 mai prochain. Ce qui ne devrait toutefois n’être qu’une formalité, selon les dires de Mme Paquet.

À cette date, Mme Paquet et M. Guidara tiendront également une soirée d’information à l’école Antoine-de-Saint-Exupéry, afin d’expliquer les différents volets du programme.