Soutenez

Sarah Boutarfa, la Lavalloise qui récolte les jardins léonardois

Sarah Boutarfa au jardin communautaire du pavillon Wilfrid-Bastien.
Sarah Boutarfa au jardin communautaire du pavillon Wilfrid-Bastien. Photo: Matéo Gaurrand-Paradot, Métro Média

Sarah Boutarfa, une Lavalloise de 18 ans, gère la Récolte solidaire de la Table de concertation en sécurité alimentaire de Saint-Léonard, qu’il s’agisse de la récolte sur des arbres fruitiers délaissées ou de l’entretien des jardins communautaires. Métro l’a récemment accompagnée dans son travail.

Sarah arrive à la maison de la propriétaire d’un pommier sur son vélo fourni par l’Éco-quartier. La propriétaire de la maison est absente et a laissé une échelle pour atteindre les branches de son arbre, couvert de pommes.

C’est en cueillant les fruits, perchée sur l’échelle, que Sarah parle de ce travail estival qu’elle fait avec joie. «C’est une job à l’extérieur, c’est mieux que dans un magasin, et je me sens plus autonome.»

Pour l’aider dans ses récoltes, la jeune adulte a le contact de plusieurs bénévoles. Cependant, une majorité sont en vacances ou sont occupés. Ce jour-là, elle est donc seule.

«Les récoltes, ça se fait un peu à la dernière minute, quand les propriétaires m’appellent et me disent que les fruits sont mûrs.»

Sarah Boutarfa en pleine récolte de pommes dans le jardin d’un particulier. Photo: Matéo Gaurrand-Paradot, Métro Média

Une job à temps plein

Sarah gère les récoltes de 12 propriétaires d’arbres fruitiers, en plus de s’occuper de deux jardins communautaires, celui du pavillon Wilfrid-Bastien et celui de la bibliothèque de Saint-Léonard.

Embauchée à temps plein, elle passe ses quarts de travail à arroser les plantes des jardins communautaire, à planifier les récoltes et à arracher les mauvaises herbes.

Chez les particuliers, elle récolte des cerises, des pommes, des poires et des prunes, tandis que les jardins communautaires donnent des tomates, des poivrons, des raisins, du basilic, de l’origan et plusieurs autres. Le jardin de la bibliothèque est aussi plein d’autres plantes et fleurs pour aider les abeilles.

Le jardin communautaire du pavillon Wilfrid-Bastien. Photo: Matéo Gaurrand-Paradot, Métro Média

Jardin d’apprentissage

Le programme de Récolte solidaire n’en est pas à sa première année et il ne s’agit pas de la seule initiative d’agriculture urbaine dont Sarah s’occupe. Cependant, pour elle, il s’agit d’un premier été à effectuer ce travail.

Pour bien le faire, Sarah a dû apprendre les rudiments d’entretien d’un potager. «Au début, j’ai arraché des carottes en pensant que c’étaient des mauvaises herbes», raconte-t-elle en riant. Elle a reçu l’aide d’Élaine Bertrand, une figure locale du monde du jardinage, pour apprendre à reconnaître les plantes.

Sarah Boutarfa arrache les mauvaises herbes au jardin Wilfrid-Bastien. Photo: Matéo Gaurrand-Paradot, Métro Média

Récolte pour la communauté

À la suite des récoltes de Sarah, les fruits de son labeur se rendent soit à la Table ronde – organisme de cuisine communautaire –, soit dans le frigo communautaire, où tout citoyen peut se servir.

La Table ronde a par exemple reçu des cerises que Sarah avait récoltées chez un particulier au début de l’été et qui ont servi à confectionner des confitures.

Parfois, certaines pommes se trouvent trop hautes dans les arbres et sans l’équipement adéquat, elles sont inacessibles. Photo: Matéo Gaurrand-Paradot, Métro Média
Pour plus d’information, pour faire du bénévolat ou pour inscrire un arbre ou un potager, vous pouvez téléphoner au 438-889-6311 ou envoyer un courriel à agricultureurbaine.sa.sl@gmail.com.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de St.Léonard.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.