Saint-Léonard
15:28 14 février 2013 | mise à jour le: 14 février 2013 à 15:28 temps de lecture: 4 minutes

RUI Viau/Robert : un projet de tous

En mai dernier, la Ville de Montréal annonçait un investissement de 100 000 $ pour le déploiement d’une démarche de revitalisation urbaine intégrée (RUI) dans le secteur Viau/Robert. Depuis, une coordonnatrice a été nommée pour prendre en charge le projet et un comité de gouvernance a été créé.

Rappelons que l’administration locale avait confié le mandat pour l’orchestration de la RUI à l’organisme Concertation Saint-Léonard. Ainsi, au cours des prochains mois, Catherine Boucher, coordonnatrice de la RUI Viau/Robert, aura le mandat de créer une collaboration entre les différents partenaires du milieu afin d’être le plus efficace sur le terrain.

« Nous sommes conscients que dans les dernières années, le Domaine Renaissance a fait l’objet de plusieurs actions. Mon rôle, c’est de toutes les concerter », explique Mme Boucher, ajoutant que la RUI est un projet pour lequel on doit avoir une vision à long terme.

Actuellement, le comité de gouvernance de la RUI est composée de l’Arrondissement de Saint-Léonard, du centre de santé et de services sociaux de Saint-Léonard—Saint-Michel, du Carrefour jeunesse-emploi Jeanne-Mance—Viger, la corporation de développement économique et communautaire de Saint-léonard. Selon Mme Boucher, il ne manque qu’un représentant des résidents du Domaine pour que l’équipe soit complète.

Un des défis qui se pose à la coordonnatrice est celui de la mobilisation citoyenne, car le Domaine Renaissance étant reconnu pour être un lieu de passage pour les familles immigrantes.

« C’est certain que c’est difficile pour quelqu’un qui est arrivé il y a quelques mois d’avoir un sentiment d’appartenance envers son secteur. Mon rôle sera de créer des liens avec les citoyens », mentionne-t-elle.

Mme. Boucher souhaite que les résidents aient une vision large de ce que pourrait devenir leur milieu de vie. « La beauté d’une RUI c’est de pouvoir inclure des citoyens qui habitent le milieu à revitaliser. Parce que qui de mieux placer pour identifier les besoins que les gens qui vivent ici? », fait-elle valoir.

La coordonnatrice, qui est titulaire d’un baccalauréat en Animation et recherche culturelle, a toujours travaillé dans le milieu communautaire. Dans les dernières années, elle a notamment été organisatrice communautaire en logement social. Selon elle, la RUI est un moyen d’arrimer les efforts de tous dans un objectif commun : améliorer la qualité de vie des citoyens qui vivent au Domaine Renaissance.

« Je veux que les résidents expriment leurs besoins. J’aimerais également pouvoir intégrer les ados et les enfants dans ce processus de revitalisation, car c’est aussi leur milieu de vie à eux », expose-t-elle.

Mme Boucher indique qu’au cours des prochaines semaines, les étapes du déploiement de cette première RUI devraient être établies.

Le 20 février, une première rencontre entre les habitants du secteur et le comité est organisée. Cette activité permettra au comité d’expliquer son mandat aux locataires.

D’un autre côté, le projet comporte une part d’inconnu qui se veut également un autre défi pour le déploiement à long terme de la RUI. Bien que le propriétaire du terrain, le Groupe Mach, ait manifesté son intention de se conformer à la règlementation qui stipule qu’un nouveau projet résidentiel de 100 unités ou plus sur le territoire léonardois doit comporter 15 % de logement social, aucun échéancier sur le début des travaux n’a été officialisé.

Pourquoi alors avec accepté la venue d’une RUI dans un secteur où l’avenir est incertain? À ce sujet, le Progrès Saint-Léonard a contacté l’arrondissement léonardois. La personne responsable du dossier étant en vacances, une entrevue sur la question est à venir.

Articles similaires