Sud-Ouest
07:00 4 mars 2021 | mise à jour le: 4 mars 2021 à 07:15 temps de lecture: 3 minutes

Deux entrepreneurs se réinventent dans la conception de meubles en bois

Deux entrepreneurs se réinventent dans la conception de meubles en bois
Photo: GracieusetéDepuis le début de la pandémie, Wooden Phoenix crée des meubles et des objets en bois.

Deux entrepreneurs ont lancé une entreprise de création de meubles et d’objets en bois afin de combler le manque de revenus causé par la situation sanitaire.

Ian Todd et Lucas Fowles se connaissent depuis une vingtaine d’années. Liés par une passion commune pour l’art, la musique et le design, les deux entrepreneurs dans la trentaine ont décidé de combiner leurs compétences pour créer Wooden Phoenix.

Le tout a commencé lorsque Ian Todd voulait exposer des œuvres d’art et des jouets d’époque et de collections dans sa maison. Comme il lui manquait des étagères, il a décidé de faire un modèle de 3,5 m de long (12 pieds) afin de pouvoir y déposer ses objets.

«C’était une excellente introduction aux outils, au travail du bois et à la décoration intérieure tout en mettant mes compétences créatives à profit dans un domaine plus tangible», raconte M. Todd, qui était auparavant directeur artistique dans une agence de design.

«Je n’aurais jamais pensé que je deviendrais un menuisier ou que je dirigerais ma troisième entreprise. Les temps changent, nous devons nous adapter et trouver de nouvelles voies pour exercer notre esprit créatif. Maintenant, je crée des tables à manger personnalisées.» – Ian Todd.

Nouveau projet

Il s’est donc mis à acheter du bois de sciage. Avec le temps, il s’est tourné vers les réseaux sociaux et les gens ont commencé à faire des commandes par l’entremise de leur page Instagram. Avec l’aide de sa famille, de ses amis et d’internet, il a été en mesure d’apprendre les rudiments du métier très rapidement.

«J’avais fait quelques projets pour moi-même, mais je n’avais jamais envisagé de construire des choses pour les autres», admet M. Todd.

L’été dernier, celui qui travaillait dans l’événementiel à commencer à paniquer lorsque ses contrats été annulés un après l’autre. Avec des revenus en baisse et un loyer à payer, il devait trouver une solution rapidement.

«Un projet de fin de semaine est rapidement devenu mon horaire de travail de la semaine. J’ai commencé à construire de tout», affirme M. Todd.

Même son de cloche pour Lucas Fowles, le copropriétaire de Wooden Phoenix. Il travaillait lui aussi dans l’événementiel, comme technicien spécialisé dans le son et la vidéo.

«La pandémie a pratiquement anéanti l’industrie de l’événementiel, alors j’ai dû trouver autre chose pour joindre les deux bouts», explique-t-il.

Histoire de famille

Pour Lucas Fowles, l’intérêt pour ce travail ne date pas d’hier. Comme son père était un menuisier, le résident de Pointe-Saint-Charles a été aux premières loges de ses créations, que ce soit des lampes, des cadres ou des étagères.

«J’ai eu besoin de mes propres meubles personnalisés. Donc, il m’a montré des astuces du métier. Ça m’a aidé à développer un ensemble de compétences. C’est devenu quelque peu addictif et les choses ne se sont pas arrêtées», explique M. Fowles.

D’un bloc de couteaux à des bureaux, en passant par des étagères et des comptoirs, les entrepreneurs croient que la pandémie a forcé les gens à repenser «leur espace personnel».

Si bien, qu’ils ont conçu des meubles pour une salle de divertissement. Depuis l’été dernier, Wooden Phoenix a réalisé plus de 150 projets.

Articles similaires