Soutenez

Des citoyens veulent un referendum contre une construction à Griffintown

Un référendum sur un projet immobilier aura lieu dans le Sud-Ouest
Construction de condos à Griffintown. Photo: Josie Desmarais/Métro

Alors que l’Arrondissement du Sud-Ouest a adopté lors du dernier conseil l’autorisation de construction d’un immeuble de 25 mètres sur la rue Eleanor à Griffintown, qui déroge à la réglementation en vigueur, plusieurs citoyens du quartier demandent un referendum afin de bloquer le projet.

En vertu de la loi, il est possible pour les habitants d’un secteur de déposer une demande de referendum sur une construction qui déroge à certaines restrictions de l’arrondissement, si la demande est déposée sous les 15 jours suivant la publication de l’avis public.

C’est bien ce que comptent faire des habitants de Griffintown à la suite de l’autorisation de la construction d’un immeuble au 287-289 et 311 rue Eleanor.

Le projet comprend la démolition d’une partie des bâtiments situés à cette adresse, et d’y bâtir une bâtisse résidentielle et commerciale de 25 mètres, comprenant 120 logements.

«Les résidents, dont nous autres, ont dit que le projet va obstruer les rues, qu’il va éliminer toute exposition de soleil dans les environs, dans un secteur qui est déjà très dense», explique le membre de la Coopération d’habitation voisine l’Esperluette, Daryl Hubert, en précisant qu’une consultation avec le voisinage avait été organisée.

Ce dernier s’inquiète des conséquences que peut provoquer le manque de soleil, notamment pour les espaces de verdures et les îlots de fraîcheurs.

Il ajoute également que le rayon de protection de 10 mètres obligatoire pour protéger l’édifice patrimonial, tel que l’indique le Programme particulier d’urbanisme (PPU) n’a, dans cette construction, pas lieu. 

Plusieurs étapes

Pour pouvoir mettre en place le referendum, les citoyens doivent passer par plusieurs étapes. Pour l’instant, la première est franchie, il s’agit de récolter 12 signatures par secteurs concernés par la construction du bâtiment.

Par la suite, 10% des habitants doivent signer la demande, soit dans ce cas 135 citoyens, pour pouvoir mettre en place le referendum. Plus d’une dizaine d’immeubles du secteur sont concernés par la mobilisation. Les citoyens concernés ont jusqu’au 10 mars pour récolter le nombre nécessaire de signatures.

« Avoir des immeubles massifs, on pense que ce n’est pas viable, tant qu’écologiquement qu’humainement. En demandant un referendum, c’est aussi demander à la ville d’avoir une réflexion sur le PPU », souligne Daryl Hubert.

Dans le passé, des projets de constructions avaient déjà été abandonnés après un referendum, à l’instar d’un projet de développement de terrains de Volkswagen Centre-Ville qui avait été présenté en janvier 2021.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Sud-Ouest.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.