Verdun

Mission du Sud-Ouest ferme après 12 ans de services

Mission du Sud-Ouest ferme après 12 ans de services
Photo: IDS/Verdun Hebdo – Denis Germain


Le 17 avril sera le dernier repas communautaire partagé dans le sous-sol de l’école primaire Verdun Elementary. Confrontée à des contraintes financières et de personnel, la Mission du Sud-Ouest ferme après 12 années en fonction. Les services offerts devraient être repris par différents acteurs.

Le pasteur de l’église Unie du Sud-Ouest et leader communautaire David Lefneski est très heureux d’avoir lancé le projet. «Ces choses sont nées de sueur et un peu de sacrifice. Quelque part, on vit un deuil. Je suis en train d’écrire un rapport qui est quand même positif parce que si tu risques, tu ne perds rien. On ne le regrette pas, mais on ne peut pas le soutenir. On trouve de l’argent pour les programmes, mais on trouve difficilement de l’argent pour les salaires.»

La Mission du Sud-Ouest fonctionne sur une base de dons. «Au fond, ça nous fait vivre, mais à la base, on avait vendu [en 2007] sur Woodland la grande église [Verdun United Church], raconte le pasteur. L’argent qui était une somme importante, au lieu de l’investir dans notre église, on a décidé de le faire dans la communauté.»

Il ajoute que plusieurs partenariats lui ont permis d’assurer ses services, en commençant par la Commission scolaire Lester B. Pearson qui lui loue l’espace «à un prix modique». La paroisse pour laquelle il est révérend, Moisson Montréal, le CSLC et Verdun sans faim en fait également partie.

«On a tellement reçu des bénéficiaires. Ce n’était plus, on a de quoi vous donner. C’était plus un partage, à la table, égalité, ensemble, tous sont les bienvenus et on ne fait aucune distinction de langue. Comment la communauté nous transforme tous, c’est merveilleux.»

Il s’agit de casser l’isolement, en plus d’offrir une sécurité alimentaire. D’ailleurs, un calendrier présentait chaque mois les initiatives qui permettent aux Verdunois de manger à prix modiques, d’avoir accès à une banque alimentaire et aux cuisines collectives.

Relocalisation

Les repas communautaires, qui sont servis à 40-75 personnes par semaine, ainsi que le mini-marché devraient être relocalisés au Repaire Jeunesse Dawson sur la rue Woodland, soit à quatre minutes de marche de l’école Verdun Elementary. Des conversations informelles sont en cours.

Les bonhommes à lunettes du jeudi et la halte garderie du vendredi devraient rester. «La difficulté pour la commission scolaire [Lester B. Pearson] est toujours d’assurer la présence d’un concierge les soirs et les week-ends [pour organiser des activités]. Nous, on a fonctionné indépendamment, donc si on a besoin, on peut venir 24h/24 et 7j/7.»

Les petits déjeuners vont rester. L’entente de bail prévoyait également de réceptionner les dons de vêtements qui sont redistribués en priorité aux enfants de l’école.

Le pasteur de l’église Unie du Sud-Ouest et leader communautaire David Lefneski a décidé de quitter fin mai la paroisse après 20 ans de services pour se rendre dans les Cantons-de-l’Est.
«Pour moi, c’est un grand tournant et je dirai que la décision que la Mission ferme, m’a permis de prendre ma décision à moi parce que j’étais très investi. C’est une vision assez unique d’avoir une communauté de foi se retrouve dans une école publique, avec cette liberté pour faire un lien communautaire.»

L’école Riverview a été victime d’une inondation au début de l’année, donc des élèves ont été replacés à l’école Verdun Elementary. La classe de devoirs, après l’école, se fait dans le sous-sol. Le départ de la Mission du Sud-Ouest permettra aux directions d’établissement d’utiliser l’espace selon leurs besoins.

Ils ont dit
«On va atteindre plus de monde qui ne connaissait pas encore nos services parce que je connais beaucoup de gens là-bas [au Repaire Jeunesse Dawson] et qu’on va aussi atteindre des familles qui bénéficient de leurs services.» — Sheila Morrison, responsable du mini-marché

«Que ce soit ici ou quelque part d’autre, c’est le même monde, donc d’après moi, l’ambiance ne changera pas. Ça ne sera pas bien éloigné. Les gens pourront donc continuer à venir.» — Yannick Dupont, bénéficiaire

Pour plus d’infos.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *