Ville-Marie

Arts visuels: la galerie d’art Le Livart fête ses cinq ans

La commissaire de l’exposition Maison Molle, Alice Ricciardi et la cofondatrice du Livart, Cindy Tessier-Trudeau. Photo: Métro Média, Lila Maitre

En quelques années, la galerie d’art le Livart, située sur la rue Saint-Denis près de la rue Sherbrooke, a su s’imposer dans la vie artistique montréalaise. Alors qu’elle fêtera au courant de l’automne ses cinq ans, l’institution ne manque pas de projets, entre son actuelle exposition Maison Molle présentée jusqu’au 10 octobre, ses cours d’art et ses ateliers d’artistes.

Les frères dominicains ne se doutaient sûrement pas que les locaux du sanctuaire du Rosaire et de Saint-Jude deviendraient un jour un centre artistique. En 2016, la cofondatrice de la galerie, Cindy Tessier-Trudeau, rachetait avec son partenaire, Marc O’Brien-Miro, les anciens bâtiments du presbytère et du couvent. Les deux fondateurs avaient le désir de créer une institution qui organiserait des expositions gratuites. La grande superficie de l’édifice a permis au Livart d’ouvrir des ateliers d’artistes, de mettre en place une école d’art et de proposer la location d’une salle pour des événements privés ou publics.

Les activités artistiques pour les enfants font partie d’un des mandats du Livart. «À la base, quand on a créé le Livart, le but c’était l’accessibilité; pour rendre le bâtiment et les arts accessibles à la communauté, il faut aller viser différents publics», assure Cindy Tessier-Trudeau.

Même si l’actuelle galerie ne ressemble pas à un espace religieux, on retrouve quelques éléments architecturaux qui témoignent de l’histoire de l’édifice. Dans le dédale des couloirs, on s’étonne de voir l’ombre d’une croix devant une porte d’un atelier, un imposant escalier en bois près de l’entrée, ou des mosaïques d’une ancienne salle de bain au milieu de la galerie. La majorité des murs ont toutefois été peints en blanc, probablement pour mettre en valeur les œuvres exposées. Car dorénavant, ici, c’est l’art qui prime.

Galerie d’art

Si vous venez vous aventurer au Livart avant le 10 octobre, vous pourrez découvrir l’exposition Maison molle, qui se concentre sur l’art textile. Dix artistes ont utilisé des techniques telles que la broderie, le tissage, la dentelle et la couture.

Les artistes explorent ici la notion de matérialité à travers le thème de l’habitat. «Je trouvais ça important de faire une exposition qui vient complémenter l’architecture du Livart», explique la commissaire de l’exposition, Alice Ricciardi, en se référant aux œuvres placées à différents endroits selon les murs de la galerie.

Les œuvres prennent parfois un caractère plus intime, à l’instar de celle de Béatrice Montesinos, qui a rassemblé des souvenirs d’enfance dans un journal en tissus. L’architecture extérieure des édifices est également mise en valeur dans l’exposition, notamment dans les tissages de l’artiste Sophia Borowska, sur lesquels sont représentés des immeubles.

Et parfois la maison se déplace, comme c’est le cas de la tente fabriquée par Colas Eko. Ce dernier a utilisé des tissus traditionnels camerounais pour construire plusieurs outils utiles au matériel de camping. Il explore dans ses œuvres les notions d’identité et d’ethnicité.

Certains artistes exposés ont une formation qui relève plus de l’artisanat, tandis que d’autres ont adopté une approche caractéristique de l’art contemporain. À travers cette exposition, on découvre comment les artistes ont réadapté à leur façon des techniques traditionnelles. En novembre, le Livart prévoit de fêter ses cinq ans en grand avec l’organisation d’une exposition dans laquelle il sera possible d’acheter les œuvres. L’argent récolté permettra à la galerie de mettre en place de nouveaux projets.

Articles récents du même sujet