Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension

Les événements culturels à surveiller pour l’été

Maison de la culture Claude-Léveillée Photo: Julien Lachapelle/Métro Média
Julien Lachapelle - Métro Média

Les résidents de l’arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension ont la chance d’avoir plusieurs établissements culturels dans leur quartier cet été qui proposent une variété d’événements sous forme de pièces théâtrales, d’expositions ou de spectacles de cirque. Malgré la pandémie de COVID-19, l’offre culturelle sera forte et variée cette saison. Voici une liste des événements à ne pas manquer!

Montréal Complètement Cirque

Présenté à la TOHU du 8 au 18 juillet, Montréal Complètement Cirque est de retour cet été après avoir été annulé l’année dernière en raison de la crise sanitaire.

Sept spectacles seront présentés au cours de cette 12e édition. Le spectacle ANIMAL, du Cirque Alfonse, lancera la programmation. Ce spectacle raconte l’histoire d’un gentleman-farmer qui est entouré de créatures particulières comme des poules avec des dents. La danse, le chant, le théâtre, le cirque et la musique feront «front commun sur scène», affirment les organisateurs.

«Grâce à la créativité, à la grande efficacité et à la détermination de nos équipes, nous pourrons offrir un festival haut en couleur, riche en découvertes et en émotions, que nous avons très hâte de partager», déclare Nadine Marchand, directrice de Montréal Complètement Cirque.

Les autres spectacles prévus pour l’événement sont indiqués sur le site internet de la TOHU (tohu.ca).

Côté Fenêtres

Exposition présentée à l’extérieur de la maison de la culture Claude-Léveillée jusqu’au 29 août, Côté Fenêtres est la représentation de l’univers de son créateur, Moridja Kitenge Banza.

L’exposition est divisée en deux parties. La première partie s’appelle Chiromancies. On y voit plusieurs toiles, peintes par l’artiste avec le logiciel Paint, où les lignes de sa main sont mises de l’avant avec des lignes représentant les territoires où il a marché et des lignes imaginaires.

L’autre partie se nomme Je crois savoir comment il me voit, une exposition où l’on voit un corps d’humain avec une tête constitué d’aliments différents.

L’humain dessiné est un homme rencontré par M. Banza au Congo, le pays d’origine de l’artiste, lorsque ce dernier était adolescent.

«Je me souviens de ce monsieur qui souffrait de [problèmes de] santé mentale. Dans mon pays, c’est très mal vu. Il venait souvent chez nous pour qu’on lui offre à manger. On lui donnait nos restes. J’ai voulu m’imaginer comment il me verrait si j’étais dans sa tête», raconte l’artiste.

Fragments rétrospectifs

À l’intérieur de la maison de la culture Claude-Léveillée, on y trouve l’exposition Fragments rétrospectifs. Cette exposition revisite plus d’une vingtaine d’installations, œuvres de l’artiste montréalaise Joëlle Morosoli, en collaboration avec Rolf Morosoli, ingénieur et biogénéticien.

Ces œuvres ont été créées entre 1977 et 2019. Ce sont les sculptures qui ont le plus marqué la carrière de l’artiste.

«Nous sommes très fiers de recevoir cette exposition présentant des sculptures interactives à la maison de la culture Claude-Léveillée. J’invite les citoyennes et les citoyens à se laisser charmer par cette expérience unique et extraordinaire. À voir et à vivre absolument!», a souligné Giuliana Fumagalli, la mairesse de l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, dans un communiqué. L’exposition sera présentée jusqu’au 29 août.

Festival du Jamais Lu

Présenté au Théâtre aux écuries du 19 au 28 août, le festival du Jamais Lu offre une belle vitrine aux auteurs et autrices de textes théâtrales de la relève pour se faire valoir. En effet, pour sa 20e édition, le festival accueillera plus auteurs, dont les noms n’ont pas encore été divulgués au moment d’écrire ses lignes, lesquels présenteront des textes inédits.

«Pensées par des metteurs et metteuses en scène et portées par la voix de comédiens et comédiennes, ces lectures théâtrales font jaillir des langues, des formes, des styles très variés, mais tous empreints d’une envie commune: celle d’interroger, au moyen de la fiction, le monde dans lequel nous vivons», mentionne le site internet du Théâtre aux écuries.

Articles récents du même sujet