Villeray – Parc Ex – Petite-Patrie

Avenue d’Outremont: «un cauchemar l’hiver et un four l’été»

Photo: Audrey Gauthier/TC Media

Trottoirs trop étroits, îlots de chaleur, absence de végétation, chaussée endommagée, les citoyens de l’avenue d’Outremont n’en peuvent plus et demandent à l’arrondissement d’effectuer des travaux pour venir corriger les défaillances sur leur rue.

«On ne peut même pas marcher sur le trottoir, à côté des poubelles, lors de la journée de la collecte», indique Lyne Vandenplas, une résidente de l’avenue d’Outremont, entre l’avenue Beaumont et la rue Jean-Talon.

Des bancs de neige s'amoncèlent sur les trottoirs, aux endroits où les chenillettes ne peuvent pas passer, par manque d'espace.
Des bancs de neige s’amoncèlent sur les trottoirs, aux endroits où les chenillettes ne peuvent pas passer, par manque d’espace.

La problématique se complexifie en hiver. Les chenillettes ne peuvent même pas déneiger entièrement les trottoirs, car l’espace est insuffisant entre la rue et les poteaux électriques.

«À chaque poteau, il y a des buttes de neiges, car la « gratte » laisse la neige là. Elle ne peut tout simplement pas passer. Il faut alors enjamber les bancs de neige. C’est dangereux», affirme Mme Vandenplas.

La largeur du trottoir empêche également l’arrondissement de planter des arbres sur la rue, car l’espace n’est pas assez grand. Ce faisant, aucun arbre n’a été planté par l’administration, créant ainsi une rue sans arbre.

«C’est un cauchemar l’hiver et un four l’été», précise Dominic Rioual, qui s’est présenté à quatre reprises en séance du conseil d’arrondissement pour dénoncer la problématique.

Des travaux, mais pour quand
Les élus sont au courant du dossier et souhaitent réaménager la rue. Étant une ancienne rue à double sens, l’espace est suffisant pour réduire la taille de la route sans nuire à la circulation.

De plus, le réaménagement permettrait d’apaiser la circulation dans le secteur, un élément souvent mentionné en séance du conseil.

Avant le premier coup de marteau piqueur, l’administration locale souhaite d’abord connaître l’état de la tuyauterie, sous le bitume.

«On ne peut pas élargir les trottoirs si on ne connait pas l’état du sous-sol , [ce qui relève du domaine de la ville-centre]. Si c’est en mauvais état, il faudra refaire la rue en totalité. Ce ne serait pas responsable, alors de procéder à l’élargissement des trottoirs avant», indique la conseillère de Parc-Extension, Mary Deros.

«Si les tuyaux sont encore bons pour 20 ans, nous pourrons planifier dès maintenant les travaux. Mais, s’il faut refaire le sous-sol, nous devrons coordonner nos chantiers ensemble», ajoute la mairesse de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Anie Samson.

L’arrondissement a demandé à ce que la ville-centre effectue des études sur ce dossier et elle n’a pas encore reçu d’information. Toutefois, tout laisse supposer qu’il y a également des travaux à faire dans les infrastructures.

«La rue casse un peu partout, il doit y avoir des problèmes en sous-sol», constate la mairesse Samson.

Personne ne peut préciser quand les travaux seront effectués. Toutefois, Mme Samson a confirmé que rien ne sera fait avant Noël.

Nous avons tenté de joindre la ville-centre sur le sujet. Au moment de mettre sous presse, l’administration centrale n’avait pas encore répondu à nos questions.

Articles récents du même sujet