Maison

Le mirage de la dalle-jardin

Le mirage de la dalle-jardin
Photo: Archives Métro

Quelqu’un ment dans cette histoire de disparition d’un des éléments phares du projet de réaménagement de l’échangeur Turcot, la dalle-jardin.

Plus on tire de ficelles pour essayer de comprendre pourquoi on a tiré la plug, en catimini, sur ce magnifique pont-jardin destiné aux piétons et aux cyclistes, plus les intervenants se contredisent et se renvoient la balle.

Le festival des excuses a commencé il y a deux semaines, à la suite d’un reportage de Radio-Canada, alors que la porte-parole du ministère des Transports du Québec, Sarah Bensadoun, affirmait que le retrait de ce pont était justifié par des raisons de coûts et de complexité d’aménagement. Des groupes de pression, comme le Conseil régional de l’environnement, sont alors montés aux barricades, soulevant le fait que cette seule infrastructure significative destinée au transport actif dans le projet ne représentait que 1% de la facture de reconstruction, estimée à près de 3,7G$.

Puis, vendredi dernier, le directeur du chantier Turcot, Stéphan Deschênes, est allé contredire la porte-parole de son ministère sur les ondes du 98,5 FM: «Ce n’est pas pour épargner de l’argent», a-t-il affirmé, indiquant plutôt qu’il était «prématuré» de construire cette infrastructure dans le secteur de la falaise Saint-Jacques. Selon lui, la décision de retirer la dalle-jardin aurait été prise entre 2010 et 2012, après des discussions avec la Ville de Montréal, étant donné que cette dernière n’avait pas encore eu le temps de planifier l’écoterritoire Saint-Jacques, qui longe l’échangeur autoroutier.

En d’autres mots, ce n’est pas la faute du gouvernement du Québec, mais bien celle des élus montréalais, qui n’auraient pas fait leurs devoirs à temps.
Mais voilà que la Ville réfute carrément cette affirmation. «Montréal n’avait pas encore statué sur l’aménagement du secteur, notamment de la Cour Turcot, [mais] cette réflexion a eu peu d’incidence sur le retrait de la dalle dans les plans du ministère», me répond-on au cabinet du maire, après des vérifications auprès des fonctionnaires.

J’ai également pris soin de vérifier les faits auprès du maire de l’arrondissement de Saint-Laurent, Alan DeSousa, qui était responsable, entre 2010 et 2012, des dossiers environnementaux au comité directeur, dont la planification des éco­territoires. «Jamais le dossier de la dalle-jardin a été porté à mon attention lorsque j’étais en poste», m’a-t-il affirmé.

Bref, quand on commence à emboîter les pièces de ce casse-tête, tout semble pointer vers une décision unilatérale du ministère des Transports. Est-ce le cas?

Chose certaine, quand un directeur de projet et une porte-parole d’un ministère présentent des versions discordantes sur la place publique, cela amplifie l’impression de mensonge. Quelqu’un, quelque part, ne dit pas toute la vérité ou tente de la cacher avec des arguments bidon, dont la «complexité» d’aménager une telle infrastructure. Lorsqu’on est capable de rebâtir un des plus gros échangeurs autoroutiers à l’échelle canadienne, on a certainement l’expertise pour concevoir un simple pont piétonnier. Rendu là, ce n’est pas une question de complexité, mais bien de volonté.

Par ailleurs, comment peut-on prétendre avoir à cœur le transport durable et actif lorsqu’on élimine le cœur de la mobilité piétonne et cyclable? Le ministère frôle l’effronterie en essayant de se soustraire aussi facilement à sa promesse de désenclaver les quartiers qui doivent composer avec Turcot. La dalle-jardin était un argument de taille du gouvernement en 2010 pour obtenir une certaine acceptabilité sociale autour de son projet. En la retirant comme par magie, on replonge dans le passé avec un échangeur digne des années 1970 qui ne recréera qu’une indécente frontière entre les Montréalais.

Peu importe les raisons qui ont provoqué cette mystérieuse disparition, il est plus que temps de revoir cette décision.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *