Société

Qui étaient les (vrais) Ostrogoths?

Osthrogoths
Photo: iStock

Le mot «ostrogoths» est sur toutes les lèvres depuis que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a utilisé cette expression pour qualifier les fêtards du vol controversé Montréal-Cancún. Mais qui étaient les vrais Ostrogoths, et comment ce terme est-il devenu une insulte?

Les Ostrogoths sont un peuple germanique d’Europe de l’est qui appartient à un groupe culturel plus large, nommé les Goths.

Ces derniers occupaient un vaste territoire au Nord de la Mer Noire, au troisième siècle, explique le doctorant en histoire médiévale et chargé de cours à l’Université de Montréal Maxime Laprise. «Ils se rendent jusqu’au fleuve Danube en 230, où ils rencontrent les Romains, avec lesquels il va y avoir des campagnes militaires, mais éventuellement ils vont s’allier», raconte-t-il.

C’est à ce moment qu’il semble y avoir une séparation entre diverses branches du groupe des Goths. Les deux plus connues sont les Wisigoths, de l’Ouest, et les Ostrogoths, de l’Est.

Les «invasions barbares»

Les Ostrogoths, qui vont demeurer dans l’espace de la Mer Noire, vont vivre l’invasion des Huns, un peuple nomade de l’Asie centrale. «C’est l’une des grandes causes de ce qu’on appelait avant ‘les invasions barbares’, mais qu’on appelle aujourd’hui plutôt ‘les vagues de migrations’. Ce n’était pas des mouvements de conquête coordonnés. C’était souvent des réfugiés, en fait», explique Maxime Laprise.

Après s’être libérés de l’empire hunnique en 454, les Ostrogoths vont fonder un royaume en Pannonie (Autriche, Hongrie et Slovénie tel qu’on les connaît aujourd’hui) avec la permission de l’empereur romain d’Orient (aussi appelé l’empire byzantin).

En 488, le chef ostrogoth, appelé aujourd’hui Théodoric le Grand, reçoit le mandat de reprendre l’Italie de la part de l’empereur de l’époque, Zénon.

Ça montre qu’il faut rejeter l’idée d’une opposition fondamentale entre les ‘méchants barbares’ et les Romains. Ils sont littéralement des alliés de l’empereur qui leur demande d’aller prendre l’Italie en son nom.

Maxime Laprise, chargé de cours au département d’Histoire de l’Université de Montréal

Si Théodoric le Grand réussit à prendre l’Italie et Rome vers 489, le chef des Ostrogoths refuse toutefois de rendre le territoire à Zénon et se proclame roi de l’Italie avec l’autorisation de l’aristocratie locale.

Le Royaume ostrogoth d’Italie se maintient jusqu’en 553, avec la reprise temporaire de la péninsule par l’empire byzantin. 

Les Ostrogoths, des sauvages?

Mais alors, pourquoi utiliser cet épithète comme une insulte? Selon le Robert, un ostrogoth est une personne «ignorante et bourrue», tandis que le Larousse parle plutôt d’un «homme qui ignore les bienséances, la politesse», comme le ferait un barbare.

Or, Maxime Laprise explique que, dans le monde antique, «barbare» n’était pas péjoratif, il s’agissait plutôt d’un étranger. Cette idée du barbare comme espèce de bête sauvage, notamment les Ostrogoths, vient surtout du siècle des Lumières.

Ces gens qui glorifiaient et qui souhaitaient un retour à une antiquité fantasmée faisaient un peu une rupture entre cette espèce de grandeur de la civilité romaine et ces villes barbares incultes qui sont venues prendre Rome et détruire sa culture. 

Maxime Laprise, chargé de cours au département d’Histoire de l’Université de Montréal

Les penseurs des Lumières jugeaient le Moyen-âge obscure, et, par le fait même, méprisaient les peuples barbares, comme les Ostrogoths, qui ont fondé des royaumes qui sont devenus les royaumes du Moyen-Âge, poursuit-il. Ils les associaient à des personnes incultes, avec un faible niveau de culture et de civilisation.

Mais la réalité est beaucoup plus complexe, puisque les Ostrogoths ont adopté la culture romaine et se sont mis à écrire, par exemple, souligne l’historien.

Cette insulte est finalement une pure construction historique qui ne renvoie pas à une réalité concrète.

Maxime Laprise, chargé de cours au département d’Histoire de l’Université de Montréal

Selon Maxime Laprise, l’insulte «ostrogoth» aurait été inappropriée s’il y avait encore des descendants identifiables de ce peuple, mais ce dernier a disparu il y a 1500 ans.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet