Techno
16:51 23 février 2018 | mise à jour le: 28 février 2018 à 02:03 Temps de lecture: 12 minutes

Mise à l’essai du processeur Intel Core i7-8700K

Mise à l’essai du processeur Intel Core i7-8700K
Photo: Maxime JohnsonLe processeur Intel Core i7-8700K.

AVec l’arrivée de la huitième génération de processeurs Intel Core, les processeurs pour joueurs d’Intel passent de quatre à six cœurs, une première depuis le lancement de la gamme il y a plus de 10 ans. Même s’il est désormais possible d’obtenir encore plus de cœurs ailleurs, le i7-8700K représente un excellent choix pour les amateurs de jeux vidéo intéressés à bâtir un nouveau PC ou pour les créatifs qui ne peuvent se payer de carte graphique de dernière génération pour effectuer leurs rendus.

Présentation de Coffee Lake
Intel a lancé à l’automne ses processeurs Intel Core de huitième génération pour ordinateurs de bureau, aussi connus sous le nom de code Coffee Lake. Coffee Lake marque un changement important pour Intel, puisqu’il s’agit de la première fois que ses processeurs hauts de gamme pour le grand public sont dotés de six cœurs plutôt que quatre.

La hausse s’inscrit dans le courant actuel, avec AMD qui a pour sa part fait passer ses processeurs similaires à huit cœurs, et ses modèles professionnels à 12 et 16 cœurs. Intel avait aussi lancé au cours des dernières années des processeurs porfessionnels de 8 à 18 coeurs.

Pour le reste, Coffee Lake représente une évolution mineure par rapport aux processeurs Core de septième génération. Chaque cœur est plus rapide et les processeurs doivent être accompagnés d’un jeu de puces différent (Z370), mais leur gravure est toujours en 14 nm, et l’architecture est sensiblement la même.

Le passage de quatre à six cœurs se fera remarquer de différentes façons par les utilisateurs, notamment dans les applications qui parviennent à tous les utiliser en même temps d’une façon efficace. Les deux cœurs supplémentaires pourront aussi servir au multitâche, lorsque plusieurs logiciels lourds fonctionnent parallèlement. Il s’agit du principal argument de vente cette année pour Intel, pour qui ses processeurs sont tout indiqués pour les joueurs qui souhaitent enregistrer leurs performances et les diffuser en ligne en même temps, par exemple.

L’argument tient aussi la route pour les applications de création de contenu, comme Photoshop ou 3DMax. Cette création sera plus rapide qu’auparavant à cause des cœurs plus rapides, et les cœurs supplémentaires permettront d’accumuler les tâches. Évidemment, beaucoup de ces applications modernes effectuent leurs calculs avec la carte graphique, et non avec le processeur, ce qui pourrait mitiger un peu les avantages.

Dans les faits, une pénurie importante touche présentement les cartes graphiques, à cause du minage de cryptomonnaies. Une NVIDIA GeForce 1080 Ti peut ainsi coûter 1400$ au Canada, les rares fois où elle est en inventaire.

Intel vise surtout les joueurs avec son I7-8700K, mais cette pénurie pourrait faire que le processeur intéressera encore plus les professionnels, qui pourront bénéficier de sa puissance, sans pour autant payer plus de 1000$ pour une carte graphique, un Core i9 d’Intel ou un Threadripper d’AMD.

Ce qu’il vous faut

S’il était autrefois facile de ne changer que le processeur de son ordinateur, la chose n’est plus vraiment possible : à chaque génération, de nouveaux jeux de puces et une nouvelle liste de compatibilités sont annoncées, ce qui fait que relativement peu de composantes pourront être récupérées d’un PC à l’autre, à moins de changer d’ordinateur tous les ans.

Voici les composantes utilisées pour ce test :

Processeur : Intel Core i7-8700K
Carte-mère : Gigabyte Z370 AORUS Gaming 3
Carte graphique : EVGA GeForce GTX 1070 Ti FTW2
RAM : Crucial Ballistix Elite DDR4-3000 (32 Go)
Stockage : Toshiba RD400 NVMe (500 Go)
Refroidissement : CoolerMaster MasterLiquid ML240 L RGB AIO
Boitier d’alimentation : Enermax MaxTytan 750W
Boitier : Corsair 460X RGB

J’aurai l’occasion d’expliquer chacune des composantes dans un article subséquent. En attendant, notons simplement que Coffee Lake vous force à acheter une nouvelle carte-mère, avec le jeu de puce Z370, et que la plateforme n’est plus compatible avec la mémoire vive DDR3. À moins d’avoir monté un ordinateur récemment, vous devrez donc en racheter.

Côté refroidissement j’ai opté pour un système liquide, mais un refroidissement à l’air pourrait être suffisant, surtout si vous ne comptez pas beaucoup surcadencer le processeur.

Tests de performance du Core i7-8700K

Comme on peut s’en douter, le Core i7-8700K performe extrêmement bien dans les tests de types benchmarks. Lorsque ceux-ci sont conçus pour mesurer la performance d’un seul cœur à la fois, le Core i7-8700K est en fait le processeur le plus puissant sur le marché, toutes catégories confondues, grâce à sa cadence qui peut atteindre 4,7 GHz en mode TurboBoost.J’ai notamment obtenu 185 au test multicoeur Cinebench R15 et 5619 au test GeekBench 4.

La chose se corse un peu dans les tests multicoeurs, où les Threadrippers d’AMD et où certains modèles X d’Intel bénéficieront des cœurs supplémentaires dont ils disposent, mais le core i7-8700K demeure très haut dans le peloton de tête, avec 1376 au Cinebench R15 et 23 710 au GeekBench 4.

Détail intéressant, les six cœurs du Core i7-8700K lui permettent de demeurer performant dans un benchmark représentatif d’une utilisation régulière, comme PCMark 10, même lorsque celui-ci est effectué en même temps qu’un test synthétique. J’ai d’ailleurs obtenu 6068 points au test PCMark 10 alors que le test Cinebench R15 (un cœur) fonctionnait en boucle, contre 6189 en temps normal.

Performances du Core i7-8700K dans les jeux

J’ai testé le Core i7-8700K dans de nombreux jeux, notamment Assassin’s Creed Origins, Rise of the Tomb Raider, Overwatch, Rainbow Six : Siege, Ghost Recon Wildlands, Forza 7 et Gears of War 4. Malheureusement, la carte graphique était toutefois l’élément limitant les performances, ces tests ne mesurent donc pas très bien le potentiel du Core i7-8700K lorsque mis à l’essai avec une carte graphique GeForce 1070 Ti uniquement.

Même en effectuant un test Cinebench en même temps, les performances des jeux étaient les mêmes (ce qui est toutefois signe que la promesse d’Intel d’offrir un processeur vraiment multitâche est respectée). Les benchmarks plus complets, comme ceux intégrés à Gears Of War 4 et Ghost Recon Wildlands (l’image ci-haut), montraient d’ailleurs clairement que le cœur graphique était principalement responsable de la limite d’affichage, et non le processeur.

Il aurait probablement été possible de diminuer considérablement la résolution et d’ajuster les paramètres pour trouver une situation ou le processeur limitait les performances d’un jeu, mais celle-ci n’aurait pas été représentative des conditions d’utilisation réelles.

Bref, le Core i7-8700K est supérieur à ce que vous avez besoin dans les jeux vidéo actuels, et sera tout à fait apte à faire fonctionner les jeux les plus demandant qui seront lancés dans les prochaines années.

Je publierai les résultats par jeu en détail dans un article à venir.

Le cœur graphique intégré du Core i7-8700K

Le Core i7-8700K est doté d’un cœur graphique intégré Intel HD 630. J’ai effectué quelques tests benchmarks pour la forme, mais ceux-ci ne sont pas vraiment pertinents. Si vous avez besoin de la puissance d’un Core i7-8700K, vous avec probablement besoin d’une carte graphique également.

Il existe évidemment des exceptions, pour des gens qui recherchent de la puissance de calcul, tout en ayant des besoins graphiques limités (dans le milieu de la recherche, pour ne nommer que celui-là).

Le cœur graphique intégré est intéressant notamment pour ces gens-là, mais il peut aussi être utile pour pouvoir utiliser son ordinateur sans carte graphique d’une façon temporaire, si elle est brisée ou si vous voulez retarder son achat.

Vous devrez toutefois laisser de côté les jeux modernes, comme l’indique le pointage de 487 seulement au test TimeSpy (contre 6952 avec ma carte graphique régulière).

Surcadencer le Core i7-8700K

Le K du Core i7-8700K indique un processeur déverrouillé, dont la cadence des cœurs peut être augmentée, que ce soit en ajustant son voltage dans le BIOS de l’ordinateur ou en utilisant un outil logiciel.

Avec un outil automatique (EasyTune de Gigabyte), j’ai été capable de faire passer la cadence maximale du Core i7-8700K de 4.7 GHz à 4,9 GHz en un seul clic, mais d’autres ont obtenu 5 GHz dans la même situation (chaque processeur est différent de ce côté). En ajustant manuellement les paramètres du cœur, il est possible de le pousser encore plus loin.

Surcadencer le cœur augmente toutefois sa consommation énergique et la chaleur qu’il dégage. Le système de refroidissement doit donc être d’une qualité suffisante. Pour bien faire son travail, le système devra aussi augmenter la vitesse des ventilateurs lorsque le processeur fonctionne à plein régime, ce qui fait augmenter considérablement le niveau sonore.

Est-ce que ça vaut la peine? Cela dépend de ce que vous faites. Je n’ai pas observé de gain de performances dans les jeux vidéo, mais j’en ai observé un dans les applications de création. Dans les tests de performance, la différence est quand même notable. GeekBench 4 passe de 5619 à 5945 en mode simple coeur et Cinebench passe de 185 à 210. Même PCMark 10, qui est pourtant plus fidèle des performances courantes d’un ordinateur, passe de 6189 à 6863.

Personnellement, j’active donc la surcadence au besoin, avant une tâche précise. Pour une utilisation de tous les jours, les gains de performances ne sont toutefois pas suffisants pour endurer la hausse de niveau sonore.

Un professionnel qui effectue des rendus sur son processeur et non sur sa carte graphique pourra lui aussi choisir de surcadencer le Core i7-8700K avant ses travaux pour gagner du temps, par exemple.

Côté températures, notons que le Core i7-8700K surcadencé à 4,9 GHz et utilisé à 100% atteint 86 degrés Celsius dans la configuration actuelle, contre 59 degrés Celcius lorsqu’il n’est pas surcadencé (et 29 degrés Celcius au repos).

Les effets de Spectre et Meltdown

Intel a annoncé à la fin 2017 que deux bogues majeurs, Spectre et Meltdown, affectaient tous leurs processeurs sur le marché (ainsi que ceux de leurs concurrents).

Les correctifs pour Spectre et Meltdown publiés par les fabricants d’ordinateurs ralentissent les performances maximales des processeurs Intel, d’un niveau qui varie selon le modèle et les conditions. Ceux qui ont connu un avant et un après risque d’observer une légère baisse pendant un usage intense, mais pas dans la vie de tous les jours.

Les tests effectués ici ont tous été faits après avoir appliqué le correctif via une mise à jour du BIOS de la carte-mère. Comme on peut le constater, le Core i7-8700K demeure donc extrêmement performant, même après l’application de celui-ci.

En analysant les benchmarks effectués par d’autres avant la publication du correctif, il semble toutefois qu’il y ait eu une certaine baisse d’efficacité dans les tests synthétiques comme Cinebench et GeekBench 4.

Les autres options
L’Intel Core i7-8700K (environ 460$) est un excellent processeur pour le jeu vidéo, qui offre plus de puissance que nécessaire pour les jeux actuels et qui pourra s’adapter aux besoins des jeux futurs.

Celui-ci n’est toutefois pas la seule option du côté d’Intel. Le fabricant de puces offre aussi le Core i7-8700 régulier (environ 400$), qui ne peut être surcadencé et qui devrait permettre d’atteindre des performances similaires. Sa cadence de base est plus petite, mais son mode TurboBoost monte à un très respectable 4,6 GHz. Le 60$ de plus qu’il faut débourser pour le modèle K pourra toutefois à mon avis être récupéré dans son entièreté en fin de vie si vous souhaitez revendre votre processeur. Il pourrait aussi être plus facile à vendre. C’est du moins ce qui s’est passé avec les dernières générations jusqu’ici.

Une option plus intéressante pourrait être le Core i5-8600K, à 325$. Vous disposez alors toujours de six cœurs, mais de seulement six processus simultanés, contre douze pour le Core i7-8700K. Les cœurs sont aussi plus lents (4.3 GHz maximum) et la cache L3 passe de 12 Mo à 9 Mo.

Vous observerez probablement une diminution de performance acceptable à court terme (qui peut même être compensée en surcadençant), mais une plus grande à mesure que les jeux gagneront en complexité au cours des prochaines années. Bref, il s’agit d’une bonne option pour un ordinateur de jeu avec un budget un peu plus serré, surtout à court terme.

Pour une première fois depuis belle lurette, le Core i7-phare d’Intel connaîtra aussi de la concurrence du coté d’AMD, qui a marqué de bons coups au cours de la dernière année avec ses processeurs Ryzen. Le concurrent direct du Core i7-8700K est le Ryzen 7 1700X à huit coeurs, vendu 90$ de moins que le i7-8700K, à 379$. Le Core i7-8700K devrait être plus rapide plus souvent qu’autrement, mais la différence de prix entre les deux est quand même importante.

En conclusion
La huitième génération de processeurs Intel Core représente une évolution d’architecture mineure pour le fabricant, mais l’ajout de deux cœurs supplémentaires à ses modèles hauts de gamme risque de faire une différence importante, tant pour les joueurs qui doivent effectuer plusieurs tâches en même temps que pour les utilisateurs professionnels et semi-professionnel qui ne peuvent se permettre l’achat d’une carte graphique moderne pour effectuer leurs calculs.

Articles similaires